Fillette aujourd’hui, femme demain

20150304_174500_resized

Cette fillette est peut-être juste une image, parmi tant d’autres, pour vous.

Vous pourriez la retrouver sur les pages d’une brochure de l’UNICEF en faveur de la scolarisation des filles ou sur un catalogue touristique pour vous vendre un séjour en Afrique.

Moi je la connais, je l’ai même vu naître ! Elle porte d’ailleurs mon prénom. Sacré hommage, sacrée responsabilité aussi de savoir qu’un enfant porte votre prénom… Je connais ses parents, sa maison, ses voisins, ses amis, son enseignant, son infirmier. Quand elle me voit arriver, elle ne se trompe pas, elle me connaît aussi et chante notre prénom de loin.

Je la regarde courir sur le chemin, rire et s’amuser de la nature, taquiner les autres enfants, chanter, danser et je souris à mon tour.

Je souris car elle n’a pas toutes les chances de son côté, mais elle vit en sécurité. Pour l’instant si ce n’est une raison économique, elle est libre de pratiquer la religion de ses parents, elle est libre d’aller à l’école, de s’habiller comme elle veut (peut), libre de se soigner, de sortir, libre de rire. Elle a le droit de penser, de parler, de ne pas être d’accord, de ne pas vouloir, de réfléchir.

Il y a encore beaucoup à faire, mais elle a plus de chances que sa maman avec qui je ne peux échanger qu’un bonjour ou un signe de la tête.

Beaucoup de jeunes filles arrêtent encore l’école trop tôt au village, pour cause de grossesse précoce notamment, elles disent qu’elles reprendront, mais la vie après un enfant n’est pas aussi simple… Mais d’autres vont à l’université, sont premières de leur classe, ont des rêves qu’elles réaliseront, ou pas.

8 ans que je viens passer une partie de mon temps libre dans ce village. C’est beaucoup, c’est peu et en cette journée internationale du droit des femmes, cette journée symbolique du 8 mars, je ne peux que constater les étonnants progrès :

En matière de santé : les femmes peuvent accoucher sous  une ampoule électrique, ça ne paraît rien, mais c’est une garantie d’une meilleure prise en charge. Elles sont suivies durant leur grossesse, pour les vaccins, les soins de toute la famille par des professionnels formés pour cela, elles peuvent le faire sur place au lieu de se déplacer sur des kilomètres pour atteindre un dispensaire. Elles peuvent même bénéficier de prises en charge avec l’organisation de mutuelles de santé. Avant ce n’était pas le cas, sacré changement…

En matière d’éducation : Non seulement il y a maintenant des enseignants pour chaque niveau de primaire, mais aussi une classe d’éveil pour les plus petits. La cantine s’organise pour permettre aux élèves de rester la journée à l’école, bien pratique pour ceux qui sont encore à 4, 5, 6 kilomètres… On peut continuer le collège au village, avant il fallait aller à 12 kilomètres de l’école primaire (donc 16, 17, 18 pour les cas les plus éloignés…), le lycée se trouve à 12 kilomètres, avant il fallait aller à 80 kilomètres, et quelques années plus tôt, pour ma génération par exemple, à 315 kilomètres… Autant dire que ça ne laissait pas beaucoup de chances aux filles de percer dans les études…

En matière de développement économique, de qualité de vie : les heures passées à aller puiser l’eau nécessaire à la vie quotidienne diminuent, la pénibilité avec… Certaines faisaient 2 heures de marche, même les hommes s’y mettaient…L’eau se trouve maintenant à 5, 20 minutes de la maison. Non loin de là, on a aussi des moulins pour piler en quelques minutes ce que l’on mettait des heures et des muscles à réduire en farine. Autant de temps gagné pour développer une autre activité, pour s’occuper du jardin maraîcher qui est maintenant grillagé, évitant ainsi que tout le travail ne soit anéanti par les dégâts du bétail. La route est encore difficile, mais là où il fallait 8 à 10 heures pour rejoindre la grande ville, on ne met plus que 3-4 heures en transport local, 2 heures à moto ou en véhicule performant. Un mini-bus fait même la navette une fois par semaine, il y a 8 ans on n’osait y rêver… C’est tout bête mais ça facilite le commerce, pouvoir vendre le fruit de son travail plus facilement : karité, fonio, pain de singe… et accéder à des denrées jusque là inconnue (du poisson !).

Quelques exemples parmi d’autres…

Il y a 8 ans je chantonnais main dans la main avec d’autres fillettes sur ce même chemin, que de souvenirs… Elles sont des adolescentes timides ou extraverties aujourd’hui. Le chemin lui n’a pas changé, je reconnais chaque pierre, chaque arbre et pourtant les possibilités se sont si vite multipliées !

Attention, tout n’est pas rose, loin de là. Les équilibres sont très très précaires, les victoires infimes et fragiles. Il  y a aussi des échecs et de grosses remises en question sur le bienfondé de ce développement.

Mais je suis fière d’avoir apporté ma modeste contribution, ma petite pierre à l’édifice, à côté de bien d’autres, pour ces changements dont les femmes et les fillettes sont les premières bénéficiaires car partout dans le monde les femmes sont toujours les premières victimes de l’obscurantisme, de la pauvreté, des violences, les premières bénéficiaires du développement aussi, il n’y a pas photo.

Aujourd’hui je laisse de côté les grands discours (forts utiles au demeurant) et trinque à ces petites pierres pour cette fillette qui porte mon prénom et qui aura un jour je le souhaite encore plus de droits, plus de chance, plus d’opportunités que moi !

Aujourd’hui je trinque… et demain je me remets au boulot !

Advertisements

25 réflexions sur “Fillette aujourd’hui, femme demain

  1. Marie dit :

    Que te dire sinon que je suis admirative ?! Ça fait du bien de lire que les choses progressent doucement et que les possibilités se multiplient pour ces petites filles. Bravo pour ta contribution !

    • petiteyaye dit :

      oui ça fait du bien de faire le point sur ce qui avance, même si les médias sont là aussi pour dénoncer ce qui ne va pas car y’en a encore du boulot pour que la planète soit peuplée de papa bergamote ;-)

  2. Danielle dit :

    Je trinque avec toi et avec toutes celles et ceux qui veulent , essaient , ont envie d’avancer vers une vie plus belle et plus juste , où les femmes comptent et peuvent construire leur avenir comme elles l’entendent. Bonne fête à toutes , tous les jours

    • petiteyaye dit :

      merci mcristina, c’est le fruit du travail et de l’engagement de beaucoup de monde, mais c’est vrai qu’en ce jour du 8 mars j’avais envie cette année de pointer les choses qui avancent. Le chemin à parcourir est tellement grand qu’il faut parfois regarder le chemin parcouru pour se donner du courage !

      • mcristina dit :

        pas tout à fait la même chose, mais je me suis récemment engagée avec PLAN France pour parrainer un enfant, je pensais avoir une petite fille mais c’est un Paulo, petit brésilien…c’est ma petite goutte d’eau pour essayer de leur offrir de meilleures conditions…<3

    • petiteyaye dit :

      Il a bien failli en avoir une tripotée figure-toi, mais j’ai mis le hola avant que la moitié de l’école ne s’appelle comme moi !! Les personnes qui portent ce prénom restent des gens uniques ;-)

  3. Kenza dit :

    Comme d’habitude, je cherche des synonymes pour ne pas répéter les mêmes réactions… c’est beau dans ton écriture et positif dans les faits, c’est super agréable à lire pour ces deux raisons ! Mais dis, tu parles la langue locale alors ?

    • petiteyaye dit :

      Merci Kenza, je me répète aussi mais le soleil a sans doute des effets très positifs sur la façon d’aborder la vie ! pour la langue locale, laquelle ??! comme il y en a plusieurs je dois bien avouer que mon savoir s’arrête aux salutations et mots d’usage courants dans 3 d’entre elles (tout le malheur d’être dans un pays francophone où tu trouves facilement un interlocuteur dans ta langue, ça n’aide pas à progresser :-( )

  4. Marie Kléber dit :

    Pointer les réalisations, les progrès, c’est très important aussi, ça montre que la contribution de chacun offre des chances supplémentaires aux générations à venir. Je trinque moi aussi à toi, pour ton engagement et à toutes ces femmes du monde, à cette petite fille au sourire espiègle!

  5. La Maman Chat dit :

    C’est une très belle histoire. Je me doute des conditions même si j’ai parfois du mal à y croire. Ici ma gynéco m’a dit qu’elle avait arrêter d’accoucher les femmes suites aux accidents dus aux conditions… Je n’ai pas cherché à en savoir plus. A la place elle s’investit dans une association pour sensibiliser les jeunes filles au sida et grossesses précoces. C’est très beau de faire ce que tu fais, surtout sur la durée. C’était ta journée aussi :)

  6. Françoise dit :

    à l’occasion de la journée de la femme, je viens de voir un très joli film, « Wajda », un long métrage saoudien réalisé par une femme, sur une petite fille rebelle rêvant d’une bicyclette dans le royaume où les femmes…il est bien réel que les chances ne sont pas du même côté mais ton texte nous donne de l’espoir ; on souhaite plein de bonheurs à cette petite fille gaie et insouciante pour qu’elle devienne une femme gaie et épanouie ….

  7. Christine CHABIRON-LEROUX dit :

    Merci pour ton blog passionnant, tes textes magnifiques, des poèmes en prose.. J’ai été touchée par celui sur le rire, la petite Heidi pour sa délicatesse, admiré tes photos …Tout particulièrement celle de votre Imam, qui permet de mesurer la valeur symbolique de ce don..
    Ce week-end, je suis partie en exploration à la cave, à la recherche du carton des tissus….jeans trop petits, sweats de Guillaume, pantalons de Frank, l’accumulation me guette…et le besoin de faire du vide aussi. Y-a-t-il des choses qui seraient utiles pour ton village ? Des livres ?
    La pêche a été à moitié bonne, les tissus trop épais ou trop fins, en jersey, les imprimés trop vieux pour Noam…Au grenier maintenant !
    Comment te faire parvenir nos tissus ? par la poste ? cet été ?
    Bises
    Christine
    Ps : j’ai fait suivre ton blog à mes sœurs et une amie photographe

    • petiteyaye dit :

      Coucou Christine, chouette : une nouvelle lectrice ! Pour votre participation familiale au bai jia bei de Noam par courrier ce serait super si c’est possible, j’espère pouvoir coudre sa couverture avant l’été et pourquoi pas l’emmener avec nous en voyage pour la montrer à tout le monde ! Pour les surplus d’habits, de livres, c’est sûr que ce n’est jamais perdu ici (même des habits un peu chauds genre sweats ou gilets car i peut faire frais), mais personnellement mes kilos de bagages sont tellement limités que je ne peux pas en prendre avec moi. Plus qu’une seule solution : venir me rendre visite ;-) à bientôt !

Un petit mot, ça fait toujours plaisir ;-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s