Le départ

20160228_112749_resizedNous ne voulions pas partir.

Ils ne voulaient pas non plus que nous partions.

Les vacances étaient pourtant finies.

Pour partager encore quelques instants, nous avons lancé un thé.

Ils ont proposé. Nous n’avons pas refusé.

1er, 2ème, 3ème, bien pratique quand la tradition permet d’étirer un peu plus le temps.

Profiter, rigoler, comme si de rien n’était, à l’ombre des grands feuillages de la maison, le cœur et la gorge tout de même un peu serrés de devoir se quitter.

Les dernières discussions ont laissé la porte ouverte à mille projets, à des promesses de retrouvailles prochaines, à de nouvelles aventures à venir.

Nous nous sommes dit au revoir un peu trop fort, histoire de se donner du courage pour retenir comme on peut les larmes, histoire de se laisser encore un petit peu plus de l’autre.

Sur la route chaotique du retour, personne n’a vraiment osé parler. Je crois que de leur côté non plus personne n’a dit mot.

Puis la vie a repris son cours.

Chacun de son côté, un petit bout de l’autre au fond du cœur.

A très bientôt donc !

Publicités

à Hong Kong !

20150428_152009_resized Toujours écrire ses impressions après un jour de voyage…

Après elles changent, ou pas, mais leurs odeurs, leurs couleurs se modifient. Simplement parce que si il y a plusieurs première fois dans la vie, pour chaque expérience que l’on vit la première fois est unique !

Alors voilà, nous sommes à Hong Kong ! Je l’avoue, le défi n’était pas évident à relever. Italie, Angleterre, Australie, Allemagne, Suède, Norvège, Ecosse, Irlande, Islande, Indonésie, Thaïlande, Nouvelle-Calédonie, et bien d’autres destinations ont été proposées. A un moment donné je me serai cru dans une bataille navale, mais notre destination a été finalement découverte sur instagram par Metylen du blog lesvalisessouslesyeux à qui nous ramèneront un petit souvenir local !

20150428_145603_resizedFinalement 12 heures d’avion c’est mieux que 5, Michoco a dormi 11 heures sur 12 et s’est réveillé en pleine forme ! Nous avons eu la chance de pouvoir avoir 3 places pour 2 puisque le vol n’était pas complet, et j’ai donc eu un siège pour moi toute seule sans enfant à moitié vautré sur mes genoux. Lui a pu dormir presque normalement et était beaucoup plus facile à gérer pour la logistique qui a suivi (douanes, bagages, métro…). Après un départ de la maison samedi à 21 heures, nous sommes arrivés entiers à Hong Kong et avons posé nos valises « chez nous » Lundi à 19 heures 30… Sacré voyage !

L’Afrique ça fait peur… Nous étions sur notre vol Paris-Hong Kong, vous vous en douterez sûrement, les seuls à arriver de Dakar !! Prise de température à l’arrivée, vérification de nos bagages au contrôle de douane : nous étions attendus !

Où sont les enfants ? Déjà dans l’avion Michoco était le seul enfant mais arrivés à l’aéroport même impression. ça change de Dakar où les enfants grouillent de partout… Une ou deux poussettes à tout casser et des parents pas très enclins à engager la conversation.

20150428_154540_resizedRevoir son petit frère (bon, il mesure presque 2 mètres, et alors ?!) pour de vrai, c’est cool ! Il y a Facebook, Skype et tout et tout, mais après 2 ans, ça fait drôlement plaisir quand même ! Surtout quand Michoco qui ne le connaît que par écran interposé est allé lui sauter dans les bras à l’arrivée de l’aéroport !

A Hong kong on parle cantonais et non mandarin. J’ai voulu être sympa en sortant mes deux mots de chinois : ni hao (bonjour) et sié-sié (merci), et bien vous saurez, à mes dépens, que c’est très mal vu de parler mandarin à des cantonais… Il faut dire jo-san (bonjour) et do-dié (merci). Bref… pour moi ça reste du chinois !! Michoco s’est mis à l’anglais, ce matin il disait « aïe » à tout bout de champ… Quand nous avons dépassé 9 heures du matin heure sénégalaise j’ai compris qu’il disait « Hi ! », tout simplement pour saluer les gens !!

Tousser dans le métro est très mal vu. Michoco a pris mal à la gorge avec les clim de l’avion, du coup, il tousse ! Une jeune fille s’est épongée le visage avec 3 mouchoirs différents, les autres se sont écartés. Tant mieux, ça nous a fait plus de place. Rien à voir donc avec les nez morveux des petits sénégalais. Ici, pour éviter la contamination, le malade porte un masque devant sa bouche.

20150428_170440_resized

Regarder des buildings d’en bas, d’en haut, de jour, de nuit, c’est cool ! Surtout quand on n’est pas habitué à croiser dans son quotidien des immeubles de plus de 4 étages pour les plus hauts !

Les gens sont assez sympas pour céder leur place à une femme avec un enfant en bas âge, chouette ! C’est sûr que ce critère est plus difficile à respecter au Sénégal où le bus est bondé de femmes avec des enfants en bas âge. Il faudrait établir des critères de choix : nombre d’enfants, âge des enfants, grossesse en cours de la maman pour fixer les priorités et on n’en ferait de toute façon pas partie !

Mine de rien le rapport dollars honk-kongais et euro a pris 30% ces derniers temps et la vie locale est relativement chère. On me disait que je pourrais manger pour pas grand chose, mais ce n’est pas gratuit quand même ! D’ici deux jours je pense que je ferai un petit point pour équilibrer au mieux nos activités… et je ne pense pas revenir les bras chargés d’électronique…

Faire manger un petit garçon avec de baguettes est très agréable. Quand il vous pousse la main pour vous expliquer pour la 3ème fois qu’il n’aime pas, et bien la nourriture reste dans les baguettes au lieu de se renverser sur la table / le sol / lui / vous ! En revanche, ça mériterait presque une « note pour plus tard » : laisser un enfant de deux ans et quatre mois manipuler des baguettes que s’avérer dangereux pour vos yeux / ceux du voisins…

20150428_222257_resizedHeureusement que facebook est interdit en Chine finalement. A l’heure où je vous parle Michoco et moi-même aurions déjà eu droit à 3.657.976 Like sur Facebook sinon ! Les Honk-Kongais ne prêtent pas plus attention que cela à nous, mais tous les touristes chinois veulent absolument se faire prendre en photo avec nous ! Au début Michoco trouvait ça plutôt sympa, il gagnait des bonbons et des gâteaux mais ça l’a vite gonflé quand même !

Les gens sont civilisés, il y a un monde de fou dans les rues, mais chacun respecte le sens de circulation, traverse dans les clous, attend les feux verts. Pas d’insultes, ni de bousculades, ça nous change de la France et du Sénégal !!! Au moment de l’embarquement dans l’avion, c’était déjà le jour et la nuit… Notre expérience sur place le confirme. Nous sommes très loin des incivilités et c’est tout à fait agréable ! En revanche, en contrepartie on ne reçoit que peu de sourires et échanges bienveillants. On ne peux pas tout avoir !

Les building sont hauts. Si hauts que Michoco me demande constamment si il fait nuit. De ses trois pommes il ne voit pas le ciel et ça l’intrigue drôlement ! Cette nuit il a réussi à voir une étoile. Avec la « pollution visuelle », ça confirme une impression que j’ai depuis longtemps : il a vraiment une très bonne vision et un sens de l’observation hors-pair.

Il ne laisse rien paraître, mais je pense qu’il encaisse tout de même drôlement de voyage. Il n’a pas voulu quitter sa tétine de la journée… Asiatique, européen, africain, même combat, c’est toujours l’ami des hommes, les femmes qui s’approchent de lui n’ont droit qu’à son mépris alors qu’il est déjà pote avec le gardien de l’immeuble, le chauffeur de tram et le vendeur d’autocollants mickey (bon, ça a mon avis c’est surtout à cause de Mickey !). Il regarde avec ses grands yeux, bien content que sa maman ne soit jamais loin et vérifiant si le papier avec l’adresse de Tonton est toujours bien en place dans sa poche…

20150428_173634_resizedNous sommes dans une ville par excellence, mais entourés tout de même de nature. A quelques minutes du centre bondé, j’ai marché 2 heures en pleine verdure, accompagnée par le chant des oiseaux, le bruissement des feuilles d’eucalyptus et le ronflement de Michoco qui faisait la sieste dans mon dos. Quelques sportifs aguerris, marcheurs solitaires, couples ou bandes de copains/copines faisaient le chemin dans le sens inverse (et ça grimpe sec !) ainsi qu’une ou deux femmes protégées par des manches longues, un parapluie, une visière de 50 centimètres de profondeur et tartinée de crème solaire pour ne surtout pas bronzer (d’ailleurs elles ont regardé Michoco avec un drôle d’œil, je me demande pourquoi…)

20150428_173625_resizedLes dessins des vedettes de dessins animés ne sont pas adressés qu’aux enfants. Le menu Hello Kitty n’est pas un menu enfant, c’est un menu adulte… Mais c’est très bon quand même !

Nous voilà donc à Honk Kong pour 10 jours d’aventure très dépaysantes !

Day 1 : réveil à 13h40 (super grasse mat’ mais 5h40 heure du Sénégal, ça pique quand même un peu les yeux !), premier déplacement en tram (2ème étage avec vue devant s’il vous plaît !), balade dans les rues chics de Central (ça c’est parce qu’on n’est pas descendu assez vite du tram, mais c’était cool !), funiculaire pour monter au point de vue de Victoria Peak (552m), balade et descente à pieds (2h dont 1h30 de sieste de Michoco dans mon dos), minibus vert, fast-food chinois et un apéro dans un bar-terrasse au 32ème étage.

Je vous laisse, il faut que j’aille concocter le programme de demain !

 

Last call for…

IMG_20150425_102950

Nous prenons l’avion ce soir avec Michoco pour une destination inconnue…

Nous avons eu nos billets d’avion hier soir, autant vous dire que nous partons pour 15 jours en total free style !

Devinez où nous allons !!?!

un indice : nous passons par la France mais ce n’est pas notre destination finale…

à gagner : un souvenir local pour celui qui trouvera :-)

Réponse la semaine prochaine… (sûrement lundi pour ceux qui nous suivent sur instagram : petite_yaye !)

atterrir…

20150305_081152_resizedNous n’avons pas pris l’avion pourtant.

A chaque retour il nous faut quelques jours pour « aterrir », se remettre dans le bain comme on dit.

Il y a quelques années mes collègues de travail se moquaient de moi quand je leur demandais de parler plus lentement. J’avais réellement du mal à suivre.

Je ne l’ai pas avoué à grand monde mais après 3 mois de nuits à la belle étoile, j’ai du dormir un mois sur mon balcon avant de pouvoir enfin me rendormir paisiblement entre quatre murs… Les retours de là-bas sont durs…

Quand vous débarquez de vos montagnes à la Gare de Lyon, tout le monde semble courir, mais courir après quoi ? Vous aimeriez respirer cet air pur dont vous allez être privé jusqu’au prochaine vacances et il vous faut plusieurs minutes avant que votre corps imprime ce rythme qui vous semble si incohérent. Puis vous finissez par entrer dans le rang, sans même vous en rendre compte. Pour nos atterrissages, c’est cette même sensation, puissance mille…

Nous avons passé quelques jours, pas même une semaine dans notre bout du monde et au retour, c’est comme si nous étions partis depuis 2 mois, un an, toujours…

J’avais préparé mon atterrissage en me disant que les enveloppes reçues dans notre boîte postale pour notre projet de bai jia bei me remonteraient bien le moral…mais les enveloppes n’ont pas encore atterri :-(

Y-aurait-il plusieurs planète sur cette planète ? Moi qui me clame citoyenne du monde, pour quelques jours je sais que je suis comme une extraterrestre, le temps que mon corps s’habitue à ce rythme si différent, que mon cerveau imprime que nous avons bel et bien atterri ailleurs… C’est violent.

Le bruit, les bruits sont difficiles à tolérer. Les sons de la brousse étaient si calmes, feutrés, moins agressifs. Le mouton vit toujours en bas de nos fenêtres, le menuisier martèle sur son étale de fortune, le camion poubelle informe de son arrivée à coups de klaxon prolongés, la mosquée a décidé de brancher les mégaphones à fond pour des récitations de Coran improvisées. Dans quelques temps nous ne les entendrons presque plus. En attendant, Michoco se réveille le soir, a du mal a trouvé son sommeil pour la sieste…

Pas étonnant que les gens du village se sentent perdus quand ils arrivent dans la grande ville…

La maison me semble sombre, nous ne pouvons pourtant pas nous plaindre de manque de soleil ici, ni de la noirceur des murs puisque le peintre à tout repeint dans un blanc immaculé durant notre absence, mais quand on s’habitue à vivre dehors 20 heures sur 24…

Je n’ai pas recommencé à cuisiner, je pare au plus urgent pour nourrir mon fils avec une ou deux boîtes qui fort heureusement traînaient dans les placards.

Pour Michoco aussi c’est dur. Même si dimanche il a été heureux de faire un grand inventaire de la maison en vidant tous les placards pour retrouver ses livres, ses vêtements, ses jouets, ses affaires de cuisine, il part à l’école le cœur gros. Lui qui est si enthousiaste habituellement, il s’accroche à mon cou, mes cheveux, mon t-shirt de toutes ses forces, de grosses larmes bien lourdes roulent sur ses joues bronzées, et je vois bien que ce n’est pas du cinéma… Le premier jour il était content de raconter, mais le second jour il a bien réalisé que c’était quand même mieux l’école de la vie. Je sais bien mon chéri… Je t’abandonne dans les bras de la maîtresse le cœur gros, entendant tes hurlements jusqu’à ce que je referme la porte de la voiture. Tenir le cap. Dans quelques jours ça ira mieux…

Bientôt nous aurons repris notre agréable routine car nous ne sommes vraiment pas à plaindre : plage, soleil, promenades dans le quartier à la rencontre des gens et des animaux, jeux avec les copains, jeux dans le bain, bonne nourriture, balade au marché ou au supermarché, tout est une source de plaisir pour nous deux ici.

Et puis vivre là-bas tout le temps… on s’en lasserait aussi, tout finirait par nous agacer, la lenteur, le calme, l’inactivité, l’isolement. Alors on en profite si intensément qu’à chaque départ on y laisse un peu de notre tête dans les étoiles, de notre corps sous l’eau de la calebasse, de nos oreilles avec les rires des enfants et de notre peau à l’ombre des manguiers…

Pour l’instant nous n’avons pas encore atterri…

Bientôt.

Note pour plus tard………………… #12

20150225_090501_resizedDe retour de 3 jours d’immersion anthro-ethnologique en club de vacances all-inclusive sur la Petite Côte sénégalaise (une première pour moi… Grand choco y avait un séminaire, ce qui nous a permis de le voir 3 jours ce mois-ci, youhou !), voici ma principale observation :

Midi pile n’est pas l’heure des bébés ou des personnes âgées, c’est l’heure des ados ! Affamés, ils sont toujours les premiers, dès l’ouverture des portes, à se ruer sur le buffet.

Le premier jour, j’ai pensé naïvement qu’ils rataient sans doute l’heure du petit déjeuner à colmater toute la matinée sous la couette, mais non ! Derniers au petit-déj, premiers au déjeuner. Diaboliquement ponctuels les bougres !

Je ne pourrais plus dire que je ne suis pas informée de ce qui m’attend…

J’élève un ventre sur pattes en puissance !

Ces vacances qui font grandir

20141231_163112_resized

 

Courir derrière les poules

Rassembler les moutons

Ramasser du bois

Porter de l’eau sur sa tête

La déverser dans une bassine

Partir se soigner seul à l’hôpital

Être envoyé pour une course à la boutique

Marcher sur les chemins

Escalader les collines

Saluer les voisins

Se faire des amis

Apprendre de ses différences

Dépasser ses peurs

Se salir plus qu’un charbonnier sans que ça n’ai aucune conséquence

S’égratigner les genoux et se relever

Découvrir de tout

Se laver au coucher du soleil (pas du luxe !)

Faire pipi en regardant la lune

Dormir dans une case et trouver que le toit de paille ressemble à un chapeau

Être bercé par le chant du coq

Et se lever au lever du soleil

Remarquer que l’eau n’a pas la même température à toute heure du jour

Apprendre des langues différentes et les pratiquer sans complexe

Rire de tout, avec tout le monde

Passer ses mains dans les champs de paille et chantonnant

Et écouter les oiseaux répondre

Boire jusqu’à plus soif

Trouver partout des bras, une oreille, une personne qui vous fait vous sentir unique, important

Déplacer seul le mobilier à sa guise

Plonger ses mains dans le même bol

Danser avec des masques

Manger le fruit de sa cueillette

Reconnaître les arbres, les plantes

Ramasser des graines et se fabriquer tout un monde avec

Avoir le temps

Être entouré de gens qui ont le temps

et tant d’autres choses encore…

 

Avoir deux ans et être libre.

 

Totalement libre de circuler, de parler, de chanter, de danser, d’apprendre ou de ne rien faire, de découvrir ou de jouer, de vivre avec la nature, avec les autres, d’être soi sans jugement, sans regard réprobateur ou commentaire, de vivre au rythme du soleil et de ses envies.

Une semaine entière où je n’ai vu mon petit que de temps en temps quand il avait besoin de moi. Pas de danger, pas de voiture ou de moto, pas de personnes malveillantes qui justifient que je le garde collé à moi plus que son besoin ! Il a fait sa vie. à 500 % !

La vie en brousse peut être difficile sur bien des aspects, mais elle offre aussi aux enfants (petits et grands) ce cadeau si rare et pourtant inestimable de liberté…

A mon tour de vous souhaiter à vous aussi d’être libre pour 2015 ! Bonne année !

 

Bonnes vacances !

Après 6 semaines de bons et loyaux services d’école, à notre tour aujourd’hui d’être en vacances pour 15 jours !

Nous avons fait un bisou aux maîtresses et embarqué le cahier de Michoco sous le bras !

Dans quelques jours, nous partirons à l’attaque de la brousse si tout va bien…

Promis, si j’arrive à avoir un semblant de connexion en même temps que de l’électricité et du temps, nous vous donnerons des nouvelles !

Reprise le 9 novembre…