Au revoir tétine !

Voilà un petit moment que je ne vous donne plus de nouvelles de Michoco, mais que vous dire… qu’il est si beau, si grand, si épatant et intéressant ??!!

Ah si ! Il faut quand même que je vous raconte…

Je vous avais parlé tétine , et aussi .

Cet été j’aurai aimé qu’il laisse sa tétine chez papi chic et mamie choc, mais l’occasion ne s’est pas présentée, le moment n’était pas propice alors à la rentrée de septembre j’avais évoqué l’idée qu’il puisse donner sa tétine au Père Noël… Il m’avait dit OK, puis il était revenu quelques jours plus tard sur sa décision en m’expliquant d’un air très fâché que c’était sa tétine et qu’il l’aimait beaucoup, qu’il trouverait un autre cadeau pour le Père Noël ou d’autres tétines à donner aux petits bébés. Je n’avais pas insisté.

Noël est arrivé. Plus vite qu’un TGV. Je ne lui en ai pas reparlé car je ne le sentais vraiment pas prêt. Nous avons réalisé une jolie lettre au Père Noël pour commander un avion, un circuit de train. Bref, des jouets de grands qui ne concernent pas les bébés…

Quelques jours après : « mais maman, les tétines c’est comme les couches, c’est pour les bébés ? » « oui mon grand, en grandissant on n’en a plus besoin, d’ailleurs vois-tu des grands enfants, des papas ou des mamans avec des tétines dans la bouche ? ». D’un sourire jusqu’aux oreilles, il me répond : « Noooooon !!! », avant de remettre sa tétine dans la bouche… Ce n’était pas gagné, je n’ai toujours pas osé remettre le sujet sur la table…

De lui même la veille du spectacle de Noël de l’école (où le Père Noël a annoncé sa venue), il m’informe que demain il donnera sa tétine au Père Noël et qu’il ne faudra pas oublier de l’emmener à l’école. Complètement prise de court et paniquée, j’essaie de lui faire comprendre ce que cela implique, qu’il faut qu’il soit vraiment sûr de lui, qu’il ne pourra plus revoir le père noël pour lui demander de la lui rendre ensuite.

Il a l’air sûr de lui. Moi je suis rongée entre l’idée de le laisser aller au bout de sa décision et ce que cela implique ! Je repense à cette vidéo qui m’avait déchiré le cœur : attacher la tétine à un ballon gonflé d’hélium et le laisser s’envoler…

Pourtant c’est lui encore qui en plein spectacle revient me demander sa tétine quand le père Noël fait son apparition dans l’école.

Il court vers lui, lui donne sa tétine puis se remet dans le rang. Il a 3 ans moins 3 jours.

Quel courage ! Quel panache !

Moi je n’en mène pas large, je cours derrière la maîtresse pour qu’elle récupère quand même la tétine en douce, je saoûle j’en parle à tous les parents qui ont le malheur de se trouver dans mon périmètre, je me vois déjà me relever 30 fois dans la nuit pour gérer la disparition de la tétine et me motiver pour ne pas craquer, pire : je le vois avec son pouce dans la bouche et tous mes efforts réduits à néant… Je ne suis pas prête !!!!!

arbre-tetine1

Et bien à part les deux premiers soirs où Michoco m’a dit qu’il était vraiment triste de ne plus avoir sa tétine et où je lui ai répondu que je le trouvais vraiment courageux et que le père noël lui apporterai sûrement des cadeaux de grand, une nuit où il s’est réveillé perdu dans ses rêves en la cherchant de partout, il ne m’en a plus reparlé !

Quand je vous dis que Michoco est vraiment épatant !!!

 

ps 1 : si vous croisez Michoco, évitez quand même d’aborder le sujet avec lui !!
ps 2 : si vous croisez le Père Noël, pensez à le remercier encore de notre part…
ps  3 : un mois déjà… il est temps que je me décide à jeter définitivement la tétine, non ?! mais c’est horrible… j’y suis tant attachée !!!!

 

L’image vient de , un joli article d’une maman blogueuse qui se demandait il y a quelques années quand et comment gérer l’arrêt de la tétine en évoquant la tradition de l’arbre à tétines au Danemark. Depuis ses enfants ont bien grandi, et son blog aussi, allez y faire un tour, il est rempli de bonne humeur et de bonnes idées !

 

Publicités

au bercail !

20150604_225308_resizedDéjà qu’on se sentait un peu carrément en vacances entre le congés maternité des unes, la fin des classes des autres, l’inscription à la piscine et les kermesses qui s’enchainent dans notre agenda de vacancier-ministre. Il faut bien l’avouer… depuis notre retour de Hong Kong, c’est freestyle à la playa… mais là, c’est le pompon !

Michoco a bien compris que je me la jouais plutôt coolos en ce moment… A l’heure de rentrer chez nous, du haut de ses deux pommes et demi il décide que non, lui il reste là. Il faut dire que « là », c’est un peu le paradis pour lui : nos voisins jumeaux ont non seulement bientôt 5 ans (autant vous dire que Michoco les regarde comme des Dieux vivants !), mais aussi une grande cour, une belle salle de jeu, beaucoup de jouets, et surtout chacun de leurs jouets en double exemplaire, gémellité oblige, le pied absolue pour Michoco qui peut faire combattre 2 Spiderman ensemble ou faire rouler 2 motos avengers en même temps (oui parce qu’en plus leurs jouets sont absolument fascinants aux yeux de Michoco qui me lance ses duplo et ses puzzles d’occasion dans la figure en rentrant à la maison…).

Bref, je compte les minutes, je plie bagage, j’explique, puis je menace de partir, rien n’y fait. Quitter le paradis sur terre pour aller ingurgiter une soupe, et puis quoi encore ?! Tu m’as pris pour qui ? Mon fils, cet ado, si si à son regard j’ai pris peur…

« Il n’a qu’à rester dormir » Trop tard, le mot est lancé. Tout le monde trépigne, hurle, saute, s’embrasse, et Michoco aussi. Well… Why not après tout ! Sachant qu’il y 99% de chance pour qu’il change d’avis, je suis joueuse !

Me voyant tourner les talons après 3 mots et 2 clins d’œil échangés avec la maman, je m’attendais à ce qu’il se ravise. Absolument pas. Avec un sens pratique à toute épreuve il me demande tout de même si je vais lui ramener sa tétine pour faire dodo. Oui… bien triste constat : il tient plus à sa tétine qu’à moi.

Je pars, libre comme le vent qui souffle dans le désert, en me disant après tout, la maison pour moi toute seule, et ne pas être réveillée par la morve de quelqu’un d’autre qui coule sur mes yeux, je ne dis pas non…

Au bout de 200 mètres il commence à drôlement me manquer, mais je prends conscience que ça va être mon fardeau de mère toute ma vie, alors autant s’habituer tout de suite ! Je prépare son sac : doudou, tétine, pyjama, change pour demain, sac d’école, brosse à dents. Je refais les 200 mètres dans l’autre sens pour aller déposer le sac de ma progéniture que je trouve entrain de rigoler, déguisé en super man de la tête aux pieds. Ils sont en pleine soirée pyjama ! Qu’il me semble grand soudain… Il vérifie très sérieusement si j’ai emmené sa tétine et s’en retourne d’un coup de cape à ses jeux.

Tant bien que mal j’essaie de m’agripper à lui pour obtenir un bisou. « Oui c’est ça maman, bon laisse moi maintenant ». Même si ce n’est pas formalisé ainsi j’ai bien visualisé ce à quoi j’aurai droit pendant les 20 prochaines années… Pathétique…

Je refais les 200 mètres dans l’autre sens (ça en fait des 200 mètres à force !) et me voilà rentrée chez moi, sans aucune tâche à faire que m’avachir dans le canapé ! ça fait tout drôle, je n’ai plus l’habitude !

Grand choco qui depuis qu’il est hors de Dakar est à nouveau transis d’amour pour nous (sympa mais ce serait mieux d’être transi d’amour pour nous quand tu es avec nous, quitte à faire la gueule quand tu es loin car l’inverse ça ne le fait pas trop…) réagit : « quoi ? Mais non, mais il est petit, Est-ce qu’il va dormir ? Il a besoin de toi ». Je vous dis je ne sais pas quelle mouche l’a piqué en brousse pour tout à coup s’intéresser à notre sort, je ne suis tellement pas habituée que ça devient louche !

Bref, il commencerait presque à me faire flipper ! Je tapote un texto pour les parents des jumeaux, puis l’efface. On a convenu qu’en cas de souci ils m’appelleraient, je ne vais pas en plus les harceler et passer pour une mère juive !

Finalement Michoco aime plus sa maman que sa tétine puisqu’il a expliqué à tous ces hôtes de manière apparemment très claire qu’il s’était bien amusé mais que les dodos, c’était avec sa maman ! Ils ont bien compris le message. Après quelques tentativettes et surtout l’avoir laissé bien s’amuser, ils l’ont ramené à 21h30 repu, lavé, dents brossées, en pyjama et surtout bien lessivé après cette demi-soirée pyjama bien excitante !

Bientôt la fin de la tétine ?

De retour de notre traditionnel brunch du dimanche, nous roulons tranquillement sur la voie rapide en faisant coucou aux passagers des bus que nous doublons.

« Tout le monde au dodo ? »

« Oui Michoco, tu as bien remarqué : tout le monde rentre dans sa maison, c’est l’heure de manger le repas du midi et ensuite au dodo ! » (quoi, vous ne faîtes pas la sieste vous ?!)

20150318_124818_resizedC’est là que côtoyer un enfant de deux ans peut s’avérer extrêmement instructif et intéressant, il poursuit la conversation en me disant que tout le monde va prendre sa tétine pour faire la sieste. J’en profite pour lui expliquer que quand on grandit on n’utilise plus de tétine et que lui aussi, en grandissant verra qu’il n’aura plus besoin de sa tétine. Peut-être bientôt d’ailleurs.

La donner au Père Noël, c’est loin… l’envoyer par la poste ou l’attacher à un ballon d’hélium ? La jeter à la poubelle… Les idées font trois tours dans ma tête…

« D’ailleurs quand tu seras prêt, tu pourras toi-même décider de donner ta tétine à un bébé qui en aurait besoin. Qu’en penses-tu ? »

« Oui moi donner ma tétine à bébé Sékou ! »

Bébé Sékou est un bébé de 3 mois auquel il s’est attaché au village, il l’a porté sur le lit, a voulu jouer aux petites voitures avec lui, s’inquiétait de ses siestes, de ce qu’il mangeait et a bien entendu remarqué qu’il n’avait pas de tétine !

« Très bonne idée ! On pourrait donner ta tétine à bébé Sékou ! » (surtout que bébé Sékou est suffisamment loin de toi pour que tu ne puisses pas vérifier, ha ha !)

Nous arrivons à la maison, le repas passe, c’est l’heure de la sieste.

Je n’aborde pas trop le sujet, mais en entrant dans sa chambre il me dit :

« Donner l’autre tétine à bébé Sékou ?

« Quelle autre tétine ? nous n’avons pas d’autre tétine. Tu avais cassé ton ancienne tétine et tu n’en as pas d’autres. C’est celle-là que tu donnes à bébé Sékou ?

« Non, ça c’est MA tétine !

Bon… pour cette fois-ci ce n’est pas gagné, on retentera notre chance plus tard ! Cela dit il m’en reparle tous les jours en reprenant sa tétine en bouche, ça va peut-être faire son petit bonhomme de chemin ? Ou alors il est carrément traumatisé ??? Pas d’urgence absolue, michoco l’utilise pour s’endormir et la lâche très vite. Mais il n’oublie pas de me la demander (j’ai essayé d’oublier de la lui donner, ça ne marche pas, il la réclame !!). Chez nous la tétine n’est pas trop envahissante puisqu’elle reste au dodo. Il a juste tendance à vouloir la garder plus longtemps au réveil depuis que les barreaux sont ouverts puisqu’il sort de sa chambre avec plus ou moins bien luné !

A suivre…

Et vous, quand et comment avez-vous réussi à lâcher la tétine ?

Note pour plus tard………………… #7

20141004_083803_resizedAvant d’incriminer les voisins, les moutons, les bruits de casseroles, l’école, la fatigue, l’énervement, la nounou, les baisses de tension électriques, le klaxon du camion qui passe dans la rue, le 42ème mouvement ouest de la lune et son passage en capricorne, …

… penser à vérifier l’état de la tétine de Michoco…

Après 21 mois de bons et loyaux services (oui j’ai appris le mois passé qu’une tétine était censée se changer régulièrement, nous on a la même depuis que michoco a 3 semaines !!), la tétine de Michoco a finalement rendu l’âme !

Mâchouillée, mordillée, déchiquetée…

Après 3 nuits pourries, endormissements à 22h au lieu de 19h30, réveil à 6h30 (aouch) et épisodes nocturnes chaotiques, Michoco a dormi jusqu’à 17h pour sa sieste et de 19h45 à 8 h15 pour sa nuit. Youpi !

Nous sommes donc en pleine forme pour aller croquer du mouton… (petit rappel : aujourd’hui c’est la fête du mouton ici !)

Bon dimanche !

Tétine or not tétine ?

Quand j’étais petite, j’ai sucé mes doigts longtemps. Je me souviens comme si c’était hier du goût du vernis amer pour arrêter ; de venir chuchoter dans l’oreille de ma maîtresse de CP, un bandage à la main :
20140123_081726« – Maîtresse, je ne suis pas blessée, j’essaie d’arrêter de sucer mes doigts, mais chut… c’est un secret ! ». Je me souviens aussi de la cloque que j’avais sur l’annulaire droit, mais bien entendu du plaisir que c’était de retrouver ces doigts mouillés et chauds qui étaient si réconfortant ! Je venais d’avoir 7 ans, l’âge de raison !

Je me souviens de mon papa qui répétait souvent « Si c’était à refaire, je donnerai des tétines à tous les enfants, même s’il faut se lever la nuit ».

Si on me posait la question comme ça, je n’étais pas vraiment pour la tétine. Par ignorance, manque de réflexion sur la question, par énervement de voir des enfants de 3-4 ans avec un bouchon planté dans la bouche (sans jugement aucun pour ceux et celles à qui ça arrive, on fait comme on peut…).

Et je suis devenue maman ! Quand on devient maman, force est de constater que les rêves et la réalité ne se rejoignent pas toujours… Les premières semaines de vie de michoco ont eu raison de mes convictions…

Un peu avant la fin de son premier mois, je n’avais vraiment plus de solution. Des pleurs, des pleurs, des pleurs. Notre vie était composée de 40% du temps à têter, 30% à dormir et 30% à pleurer… Il passait des heures pendu à mon sein, j’étais sûre que la moitié du temps n’était pas pour se nourrir et j’étais complètement « vidée », c’est le cas de le dire ! Sur le net il y a les pour, les contre, les mitigés, les pro, les anti, j’en ai lu de toutes les couleurs… J’allaitais en exclusif donc le besoin de succion était largement « fourni » par mon sein. Je me référai à d’autres époques, d’autres cultures où la tétine n’existaient pas et pourtant maman et bébé s’en sortaient très bien. Puis je me suis décidée à suivre l’avis de mon pédiatre : « Vous pouvez l’utiliser, il suffit de l’utiliser de manière intelligente. Si vous tardait il trouvera de toute façon son pouce et vous n’y pourrez plus rien ».

Je me suis donc lancée, en essayant d’être « intelligente » (facile à dire !!!). J’ai choisi un modèle plutôt plat et réversible pour ne pas que la tétine occupe trop de place dans sa bouche. C’est une tétine toute simple, un modèle basique de chez avent. Voici notre tétine :

20140123_083417

Michoco en a voulu tout de suite. J’attendais qu’il s’endorme et lui retirait de la bouche doucement pour qu’il ne s’habitue pas à l’avoir en permanence dans son sommeil. Quand il semblait la réclamer ou s’agitait, je lui remettais, mais en utilisant sa main pour qu’il prenne le réflexe de faire le geste lui-même, espérant qu’un jour viendrait où il serait capable de le faire tout seul ! Et ce jour a même fini par arriver !!! D’abord en phase d’éveil, puis peu à peu pendant le sommeil (enfin c’est ce que j’ai supposé car il ne m’a plus réveillé pour la tétine !). Bien sûr notre accroche-tétine a bien aidé ! Tout doux, tout beau, de la marque Georges et Rosalie, c’est un cadeau de notre amie C. qui est tombé à pic !

20140123_081840

J’ai remarqué que c’était bien plus agréable quand michoco était sans sucette. Plus de sucette et hop ! Il se met à gazouiller,  « discuter », chanter, sourire. Et son visage s’éclairait sur son transat.

Vers ses 5-6 mois, ses problèmes de santé ont commencé à s’améliorer et j’aurai bien aimé lui supprimer totalement, mais on m’a dit que c’était cruel car il avait ritualisé cet objet comme quelque chose qui l’apaisait. J’ai décidé de ne pas lui changer de tétine pour un modèle plus grand adapté aux enfants de plus de 6 mois espérant que le modèle devenant trop petit il s’en lasserais… Et j’ai surtout établi les règles de manière très claire et plus ferme : « la sucette c’est pour le dodo, elle reste dans le dodo ».

Nous avons donc enlevé la sucette des promenades, des autres moments de la journée où il pleurait. Michoco n’en n’a pas fait un cas et moi j’étais claire dans ma tête. C’est passé comme une lettre à la poste ! A chaque règle son exception bien sûr ! Je l’ai sorti du lit pour quelques jours de maladie, et quelques sorties un peu longues, histoire de l’avoir sous le coude « au cas où ». Mais finalement elle restait quasiment  toujours dans le sac et c’est tant mieux ! Bien sûr en famille prévoyante, nous avons notre tétine + accroche-tétine jumeau en cas de perte, de chute sous le lit ou tout autre urgence…

20140123_134345

A ses premiers déplacements tout seul (7 mois et demi pour le quatre pattes, 10 mois et demi pour la marche), il a bien essayé de garder la tétine dans la bouche et de se faire la malle avec ! Je lui expliquais calmement: « La tétine c’est pour les dodos ! » en lui enlevant délicatement de la bouche. Quelle douceur incarnée cette petite yaye…

Et bien il a compris ! (qu’est ce que c’est intelligent un bébé quand même !)

Il a 13 mois, adore retrouver sa sucette sur sa table à langer au moment des couchers, il l’attrape avec ses deux petites mains, la tourne pour être sûr qu’elle est dans le bon sens, la met dans sa bouche, je sens que c’est un plaisir pour lui. Il se calme automatiquement, son corps se détend. Quand il n’a pas sommeil ou veut faire son coquin, il la retourne et dit « ta » en me l’enfonçant dans la bouche. « Tiens prends-la si tu veux dormir toi, moi je ne veux pas dormir !!! ». Au sortir du lit, s’il a sommeil il la remet dans sa bouche et se blottit contre moi pour un petit  « câlin réveil ». Quand il est bien réveillé, il l’enlève de sa bouche, me regarde et la jette vigoureusement dans son lit. Ca veut dire : « c’est bon le dodo, on va jouer maintenant ? ». J’adore !

Aujourd’hui je ne regrette pas mon choix, surtout car j’ai le sentiment d’avoir réussi à trouver un fonctionnement qui convient aussi bien à michoco qu’à moi-même. J’espère qu’il n’aura pas l’idée dans quelques semaines/mois de vouloir la garder 24 heures sur 24 dans la bouche et de faire des caprices terribles pour qu’on la lui donne. Quant à ce qui est d’arrêter, je sens pour le moment qu’il en a encore bien besoin pour s’endormir. On avisera en temps voulu !

Et vous, tétine or not tétine ?