Hiver

A Dakar, l’hiver c’est 20 degrés minimum (allez… 19 en cas de très grand froid). Cette année, nous sommes plutôt autour des 26 degrés, nous battons donc le record de température pour un mois de janvier datant de 1947… Alors même si les chauffeurs et les gardiens sont morts de froid et sortent bonnets, mitaines et doudounes, pour moi c’est surtout la saison des fruits de la passion ! De quoi relativiser ma nostalgie de la neige et faire le plein de vitamines C même si on en a moins besoin que certains…

petiteyaye_passion

C’était ma participation au projet 52 de Ma’, tous les autres clichés sur l’hiver sont réunis ici.

J’ai posté cette photo hier sur instagram, si vous avez envie de nous suivre, ça se passe par-là (compte petite_yaye) !

un cadeau tout frais

Grand choco revient de France.

Une semaine où j’ai pu profiter pour le charger comme un bourricot lui demander gentiment de me transporter quelques colis…

Le but : rentabiliser le moindre gramme de ses 2 fois 23 kg de bagages autorisés dans l’avion !

A l’aller :

tu as besoin d’un manteau pour te rendre en France fin novembre, tu es sûr ? Non, prends ce pull plutôt (sous-entendu : il pèse 200 gr, l’autre en fait 700 !) Un slip et une chemise ça suffit pour 7 jours, non ?!

Pendant son séjour :

tu as récupéré le colis Z9775uf97b au relais colis ? Passe à la poste prendre le 67YHG986 car tu as râté le facteur ! Et n’oublie pas d’aller chez mon logisticien préféré (en la personne d’un ami très cher à mon cœur que je remercie ici, il se reconnaîtra !)…
Et au fait… pense à enlever les cartons d’emballage, ça fait du poids et de l’emballage pour rien !

Résultat des courses : tout est arrivé à bon port, le père noël n’a plus qu’à venir faire son job, et j’ai pu me refaire un petit stock de floraline (introuvable ici) ! Je n’ai pas réussi à voir si grand choco avait pensé à me ramener un cadeau, mais bien emballé dans un sachet doublement scotché ses cadeaux pour Noël et son anniversaire ont bien fait le voyage clandestinement, ouf !

Ce à quoi je n’avais pas du tout pensé… c’est qu’au milieu de ses valises, il me rammènerait un peu de fraîcheur d’Europe. Des vêtements froids, des cartons froids, des chaussures froides, des sachets plastiques froids, des fermetures éclair froides. Tout était frais et ça a suffit pour me faire voyager ! Quelques secondes et bien assez pour recharger mes batteries…

Je sais que vous qui êtes en Europe, ça ne vous émeut pas tellement, ça vous énerve peut-être même un peu tout ce froid, mais ici, je ne l’avais pas commandé, et je l’ai reçu comme un cadeau ! Un cadeau de la vie !

Parmi tous les cadeaux, les plus belles surprises sont celles auxquelles on ne s’attend pas, de petits riens gratuits et inestimables à la fois…

chauds et douillets

Ils n’étaient pas rangés loin, non. Mon regard tombait souvent sur eux entre la penderie et la salle de bain. Au fil des mois une paire de tongs, un ou deux sachets plastiques étaient venus les recouvrir, sans jamais pourtant les masquer complètement.
Hors de question cependant de les utiliser, ni même de penser seulement à les utiliser. Il faudrait être fou avec cette chaleur… Je me demandais parfois s’ils avaient pu servir un jour, mais me rappelais pourtant les avoir bien utilisés l’an passé.
Puis on a ressorti les pantalons, on a commencé à fermer les fenêtres pour la nuit d’abord, pour le soir, et mine de rien pour toute la journée. On ne les ouvrait maintenant plus que pour une courte aération quotidienne entre l’heure du lever et celle de partir au travail.
Les prises qui reliaient les clim au système électrique ont été débranchées. Les télécommandes avaient été rangées depuis plusieurs jours déjà, mais cette fois-ci c’est sûr, on n’en reparlera plus jusqu’en juin prochain.
L’Harmattan s’est levé, entrainant son lot de bronchites, d’irritation des yeux, de nez qui coulent, balayant l’humidité qui nous collait à la peau aussi. Les 32 degrés, 38 en ressenti, ont fait place à 23, 19 en ressenti. Bientôt il fera vraiment 19 et on aura l’impression d’être à 8 degrés !
Les vendeurs de rue ont sorti sur-couches et sous-couches : pulls sous les boubous pour les grilleuses d’arachide, doudounes et bonnets dignes d’une sortie à l’Alpe-d’Huez pour les vendeurs de fruits !
Il restait les doigts de pieds… In extremis j’ai eu l’idée de commander des chaussettes pour Michoco, elles arriveront dans la semaine avec le prochain Paris-Dakar.
Michoco ne les avait pas oublié lui non plus, mais les boude encore un peu pour ses très voyantes bottes de pluie. A l’intérieur, c’est un style !
Durant tous ces jours, ils m’ont nargué, fait de l’œil, presque supplié. Comme Noël leur heure n’était pas encore venue…
Ce matin, sans tout à fait oser y croire, je suis allée les chercher. J’en avais envie.
Je me suis mise à rêver que bientôt je les glisserai sous le sapin. Ils ont réchauffé le bout de mes pieds, un peu de mon cœur aussi.
Ce matin j’ai ressorti mes chaussons.

mon solstice

Mon solstice a 3 demi-printemps…Summer_Solstice_Sunrise_over_Stonehenge_2005

ou plutôt pour être tout à fait précise 2 hivers, 2 printemps, 1 été et 1 automne !

On dit qu’une hirondelle ne fait pas le printemps, mais dans mon cas une cigogne était venue inaugurer un hiver.

Elle avait déposé un petit paquet au pied d’un chou.

Ce petit paquet a bien grandi, il file, se faufile, pousse à vue d’œil, s’épanouit et déplie ses ailes. Ce petit paquet est un joli petit garçon qui depuis sa venue rythme mes saisons. C’est ça être né un 21…

Ou devrais-je dire bouleverse mes saisons ? Car ici les étés s’appellent hivernage, les automnes sont plus chauds que l’été, les hivers ont des odeurs de printemps et le printemps est déjà l’été !

3, 6, 9, 12, 15, et maintenant 18 mois. D’équinoxes en solstices, mon petit chronomètre saisonnier me rappelle tous les 3 21 que le temps passe si vite…

Un métronome qui se détraque à tempo fixe car être né un jour de solstice, un jour de solstice où les incas mayas avaient décrété la fin du monde en plus, c’est drôlement puissant… ça vous perturbe et vous met à plat un petit bonhomme. 18 mois ou pas : hyper sensible, à fleur de peau, accroché à sa maman comme s’il voulait retourner se cacher dans son ventre, le regard dans le vide comme s’il avait changé de planète, je ne sais pas ce que les amérindiens dansent, ce que les grandes prêtresses druidiques incantent ou ce que les astrologues prédisent, mais à chaque solstice j’ai droit à 48 heures de révolution interstellaire.

Les fonds des océans doivent bouillonner dans son ventre, les étoiles tournoyer dans son cerveau, il est… déboussolé. Peut-être remet-il ses pendules à l’heure ? Peut-être encaisse-t-il des secrets de solstice…

En attendant que ça passe, je vous souhaite un bon été, et vous donne rendez-vous au prochain solstice pour fêter cet hiver… ses deux printemps !

fraîcheur et boules de neige

20140217_094553_resizedMichoco adore la neige !
Je suis contente, ça m’aurait un peu déçue qu’on fasse tout ce chemin pour qu’il ait peur d’y poser un pied. La chocolaite (ma petite nièce numéro un) avait un peu peur de la neige quand elle avait son âge… Bon elle s’est bien rattrapée depuis puisque l’ourson en poche, elle va passer son flocon cette année (suis sûre qu’elle va l’avoir !), je pense l’inscrire bientôt aux « chaussons lympiques » comme elle appelle les Jeux Olympiques.

20140217_092549_resizedMichoco aime marcher dans la neige, la toucher, la regarder. Il voit bien que c’est froid et aime me le faire comprendre. Quand il goûte la neige, il ne déteste pas (j’adore manger la neige, alors je voulais lui faire goûter aussi !!!). Il aime qu’on le tire dans la luge, faire des descentes de luge avec sa maman, regarder son papi choc envoyer de la neige en l’air avec sa machine à déblayer la neige.

Ce qu’il aime par dessus tout, c’est qu’on lui lance de la neige dessus.

Mon petit bibendum sur patte s’est assis dans la neige et a piqué un sacré fou rire quand sa mamie chic a lancé des boules de neige sur lui. Je l’ai aidé à répliquer pour lancer à notre tour des boulettes sur l’anorak de mamie chic (ben oui, ça restait une bataille de boule de neige non violente, faut pas exagérer…), ma contre-attaque a fait redoubler sa rigolade.

20140215_172525_resizedJe me suis alors écartée pour filmer la scène, impatiente d’immortaliser ce premier souvenir dans la neige. Et PAF ! La boule de neige suivante de mamie chic atterrit en plein milieu de la figure de michoco ! Et là, ça ne l’a plus fait rire du tout… Heureusement, il n’en n’a pas tenu rigueur longtemps à sa mamie…

Moi j’ai gagné sur mon smartphone une vraie séquence digne de vidéo-gag !

De retour au chaud, on a eu droit à un grand débat entre mamie chic et papi choc pour savoir si c’était plus grave :
1. de lancer une boule de neige dans la tête de michoco par inadvertance
2. de lancer volontairement une boule de neige sur l’écran de l’ordinateur pour faire une bataille de boule de neige via skype avec la chocolaite.

Je vous laisse voter ! Vous soutenez mamie chic ou papi choc ???! (attention à ce que vous allez écrire, le débat est tendu ici hihihihi !!)