Comme des petits pains

chauffe-coeur-et-chausson-katia-1Il était évident que si ça tournait dans ma tête, d’autres devaient aussi se poser des questions… Le sujet est pour l’instant tranché de mon côté pour les raisons que j’évoquais ici.

Pour d’autres les questions sont devenues de tendres preuves d’amour, un peu d’urine sur des bouts de plastique, de jolis ventres qui s’arrondissent timidement ou allègrement, des annonces qui font un peu moins sauter au plafond que les premières mais drôlement sourire tout de même !

Voilà. Nous sommes entourés de grossesse. Il fallait s’y attendre. D’autant que nous sommes entourés de parents avec des premiers enfants du même âge que Michoco…

Comme des petits pains, la seconde fournée est prévue pour mai, juin, juillet, août, septembre. Ils se sont donnés rendez-vous ou quoi ?!

Michoco a bien compris le concept du bébé dans le ventre : il soulève le T-shirt de tout le monde en demandant où sont les bébés ; ça fait bien rire les femmes enceintes, un peu moins les papis ou les petites filles qui n’ont pas franchement envie de montrer leur nombril…

Et puis le voir si complice avec bébé Sékou, un des derniers nés du village, que d’émotions… Alors quand il cherche un bébé sous mon t-shirt, j’ai un petit pincement au cœur.

Je ne sais pas si c’est parce que je suis l’aînée, si c’est parce que j’ai aimé avoir une sœur et un frère, mais j’espère que Michoco aura lui aussi cette chance-là.

Un jour…

Pour cette fournée, on passe notre tour !

 

ça va devenir une tradition sur cette thématique… la photo de ces adorables chaussons roses viennent, comme mon précédent article sur le deuxième enfant, du blog de Panaka62 qui justement en a deux, elle… Jamais deux sans trois ?! (mais trois quoi ? trois articles chez petite yaye ou trois bébés chez panaka ?! lol).

Une maladie sans odeur ni couleur

?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????Au Sénégal, le dépistage du Sida est obligatoire pour les femmes enceintes. C’est un bon moyen de faire des dépistages systématiques sur une certaine classe d’âge, c’est un moyen de détecter les personnes séropositives et pouvoir convoquer le partenaire pour dépistage si nécessaire car la population ne se dépiste pas spontanément. C’est aussi la chance de pouvoir prendre les devants sur les risques de contamination mère-enfant.

Au Sénégal, le taux de prévalence est faible comparée aux pays limitrophes de la sous-région. Un peu plus élevé qu’en France, mais à peine et le système de dépistage et de prise en charge me semble efficace donc pas de psychose autour du Sida ici, mais cela n’empêche qu’il faut vraiment rester vigilant et ne jamais abandonner la prévention. Je fais partie d’une génération qui a, je pense, été bien sensibilisée. Au collège on « fêtait » la journée mondiale de lutte contre le Sida, je ne sais pas si ça se fait toujours, mais en tant que jeune, ça m’a marquée et c’est important.

sida-dans-le-monde-2013

Lorsque ma grossesse a été confirmée, on m’a dit : « non vous ce n’est pas la peine de vous faire dépister. »

Quelque part ça m’évitait un test, ce qui m’arrangeait bien… mais ça m’a mise mal à l’aise.

Pourquoi serai-je exemptée ? Parce que je suis blanche ? Parce que je suis riche (comparée au niveau de vie moyen du pays dans lequel je vis) ? Parce que j’ai fait des études ? Parce que j’ai une bonne tête ? Parce que j’inspire confiance ?

ruban-sida-afriqueLe Sida ne choisit pas ses victimes en fonction de critères prédéfinis et même s’il peut y avoir des comportements, modes de vie, facteurs socio-économiques ou géographiques qui augmentent les risques de contamination, personne n’est à l’abri…

On parle d’Ebola, de terrorisme, et c’est très bien ainsi, mais on oublie qu’une des maladies qui fait le plus de ravage dans le monde reste pour le moment le Sida.

J’étais donc allée faire mon test, comme tout un chacun devrait le faire. Comme j’en avais déjà fait durant ma jeunesse avant de m’engager dans des relations sérieuses.

Négatif sans grande surprise, mais au moins c’est clair.
Faire des tests de dépistage régulièrement me semble une bonne chose pour contenir cette pandémie. Et ne pas oublier de sortir couverts ;-)

 

Les images viennent de afrik.com, actualitix.com et de .

le fameaux grand ménage

20121124_155403Je me décide enfin à démonter le berceau qui traine dans le couloir depuis des jours. Impossible de le faire passer par la porte de la chambre de bébé… Il me faut le démonter et le remonter à l’intérieur de la pièce !

Toi, ce bébé que je ne connais pas encore, que je porte en moi, tu dois arriver dans trois semaines et quatre jours…

Les coups de tournevis sont faciles, mais au niveau du 4ème pied, à quatre-pattes, la main en l’air pour maintenir le pan du berceau en équilibre, je commence sérieusement à m’essouffler…

Je me dis que c’est ça la grossesse. On m’avait prévenu que le dernier mois serait plus difficile physiquement.

En début de semaine le peintre est venu embellir ta chambre. On ne sait pas si tu seras une fille ou un garçon, même si tout le monde est sûr que tu es un garçon ! On a choisi un violet parme qui pourra aussi bien aller à l’un qu’à l’autre…

Ta chambre ressemble enfin à quelque chose avec son berceau ! Je la prends en photo. Elle est prête à t’accueillir. Je ne peux pas en dire autant de la valise pour la maternité… Je reprends la liste, commence à rassembler les affaires. Tout ça ?! Mais ce n’est pas une valise, c’est une malle dont je vais avoir besoin ! Bon… on reverra ça demain !

Je m’allonge sur le canapé. Le cours de gym d’hier, la séance bricolage d’aujourd’hui, décidemment, il faut que je lève le pied !

Je m’endors comme une masse.

Je dors une heure tout au plus, mais me réveille comme si j’avais fait le tour du cadran.

Une sieste réparatrice comme jamais…

Je me lève d’un bon, fonce à la cuisine. J’avale d’un trait un paquet de figolu entier ! Toute la grossesse je me suis rationnée, mais là c’est plus fort que moi ! Le paquet y passe en moins de temps qu’il ne faut pour ne le dire… J’engloutis une demi bouteille d’eau sur mon trajet retour vers le canapé.

Je me rassois et… perds les eaux !

Dans quelques heures tu seras dans mes bras…

 

Je précise pour ceux et celles qui ne me connaissent pas que non je ne suis pas à la maternité ou de retour à la maison avec un nourrisson dans les bras ! Cet épisode a 21 mois 1/2 déjà. Mais aujourd’hui il me semble que c’était hier !

 

Vous attendez quelqu’un ?

 

Pregnancy Test Results

source : materneo.com

Retard de règles, changement d’alimentation, 2 tests de grossesse de pharmacie qui sortent positifs, hormones au taquet, grosse fatigue.

Vous allez croire que je suis enceinte, moi aussi je l’ai cru, mais je vous arrête tout de suite : NON !!

D’ailleurs ça aurait relevé du miracle absolu car franchement à une chance sur 3 millions, et en plus sans avoir fait appel aux étoiles (petit rappel ici), c’était quand même très tiré par les cheveux cette histoire…

Belle frayeur quand même car quand mes rrrrrrrr sont finalement venues, moi j’avais fini par me croire vraiment enceinte. Au lieu de penser à mes règles, j’ai pensé à une fausse couche…

Bon maintenant je me sens un peu gourde j’avoue ! Mais sur le coup, j’étais prise dans mon histoire, sortait déjà calendrier chinois, date des échographies, planifiait le rapatriement de mes habits de grossesse, l’agenda des 9 prochains mois, etc. etc. (car la liste est très longue !!!). La future maman psychotique était de retour !!!

Je demande au médecin si il y a des causes qui peuvent expliquer un retard de plus de 10 jours quand on est réglé comme une montre. Il me répond :

 – Vous attendez quelqu’un ?
– … (Oui, mon mari, mais à chaque fois il repousse son retour !)
– Ben voilà, ne cherchez plus !

J’adore la psychologie médicale du genre avoir mal au dos et justement en avoir plein le dos, mais celle-là on me l’avait jamais faite encore…

J’avais préparé une petite surprise pour l’annoncer à grand choco, un super article pour vous l’annoncer, je remballe tout !!!

Un deuxième enfant ? On va y penser, on va y penser… Mais une chose est sûre, je changerai de marque de test de grossesse…

 

l’étoile filante et la petite graine

256ptIl y a deux ans déjà !

Le 1er janvier 2012, vers minuit trente, « madame a accouché, elle est à la maison mais on ne trouve pas l’infirmier ». C’est une connaissance. Sa femme vendait au petit marché qui s’était formé pour la saint-sylvestre il y a à peine 2 heures… et elle a déjà accouché ?? J’accompagne mon ami agent de santé habilité. On s’arrête au dispensaire prendre une lame de rasoir, de l’alcool, des compresses. 20 minutes de marche pour rejoindre une maman et un tout nouveau bébé encore attaché ! On arrive sous un toit de paille, des murs en cailloux, à la lueur d’une lampe torche, au fin fond du bout du monde (puis tourner au 3ème champs à droite après le baobab).

Je coupe le cordon ombilical ! J’avais déjà eu la chance de vivre plusieurs naissances au village, mais un bébé de la nuit du nouvel an, c’est trop magique ! Surtout que celui-là a toute une histoire, son deuxième prénom c’est « signature » (un jour je vous raconterai !).

Les autres enfants reviennent se coucher à côté de la maman et de leur nouveau petit frère. On est bien loin de notre technologie, nos procédures… On laisse la famille. Retour sous le silence des étoiles. Petit vœu : moi aussi je veux un bébé pour 2012 ! J’avais déjà prévu mon coup puisque j’avais arrêté mon contraceptif le mois d’avant. Mais un vrai vœu de nouvel an, avec de vraies étoiles filantes, c’est la classe !

Mémo S_09Ca s’engage plutôt mal, le premier trimestre 2012 trouve le Sénégal (et grand choco) en pleine campagne présidentielle… Par mont et par vaut, mon coup de vent chocolaté se pointe tous les 36 du mois au mauvais moment, mois 1 raté, mois 2 à l’eau, mois 3 abonné absent…

Dis-donc grand choco, mon rétro-planning 2012… x ième mois + 9 mois à venir = 2013… ça ne va pas du tout ça !

Mois 4. Je lui écris un petit mémo envoyé sur son tout nouveau joujou smartphone, nous sommes vendredi 13 avril, quoi de mieux pour appeler la chance ? Je m’y prends quelques jours en avance, espérant que cette fois-ci il ne va pas me filer entre les doigts au dernier moment ! Pour bien faire, je le kidnappe et l’enferme dans une chambre d’hôtel en France, histoire d’être sûre que cette fois-ci il n’aura plus d’excuses pour ne pas passer à la casserole au bon moment !!! Là vous allez croire que je suis un tyran, mais j’ai fait ça en douceur et il était parfaitement consentant !

Au moins ce mois-ci il y a un résultat à attendre !

Retour à Dakar. La grand-mère de grand choco est hébergée chez nous pour subir une opération de la cataracte, la maman et l’oncle de grand choco l’accompagnent. A peine entrée dans la chambre pour la saluer, elle me dit que je vais avoir un bébé très bientôt, et que ce sera un garçon. Je ne me rappelle plus si c’était avant ou après son opération des yeux, mais quelle claire-voyance !

Quelques jours passent, je traque tous les signes annonciateurs, mais je crois qu’ils sont plus le fruit de mon imagination que de réels symptômes… Je piaffe d’impatience… Mais règles c’est pour demain, mais je ne peux plus attendre. Je file au toilettes. J’avais déjà acheté un test de grossesse (complètement zinzin la fille…).

PaperCamera2012-04-28-08-45-06Le test est positif !

Grand choco est sous la couette, il dort. Mon cerveau se déconnecte. Mes mains tremblent, je refais la mise au point sur le résultat du test. 2 traits. Je dois faire au moins 28 aller-retours entre la chambre et la salle de bain (notre salle de bain est dans notre chambre, ce qui facilite les déplacements !). Prends le test dans les mains, le repose, reviens, souris, souffle, repars. Le prends en photo. Relis la notice.

Je réussis à reprendre un peu mes esprits (juste un peu car je crois que jusqu’à présent, deux ans plus tard, je n’ai pas encore réalisé !!!). Je me glisse sous la couette, glisse ma main dans celle de grand choco. Elle est toute chaude sa main. « Chéri ? Mmmmmm… ? Tu vas être papa ! Ah bon ? silence (mais il me tient toujours la main et son « ah bon ? » avait des trémolos dans la voix !). C’est sûr ça ? » Je lui glisse le test dans la main. Il ouvre un œil, sourit et se rendort.

Rendez-vous est pris avec une mini-crevette (qui s’appellera bien plus tard michoco) pour… mi-janvier 2013 !

Finalement Michoco est bien venu en 2012 ! Le 21 décembre, vous savez, le jour annoncé comme la fin du monde / début d’une nouvelle aire par les incas mayas. Et nous sommes sortis de la maternité le 24 décembre en début de soirée, un vrai cadeau de Noël !

Alors, vous pensez toujours que les étoiles n’y sont pour rien ??!