Vider son sac et repartir sur de meilleures bases !

Une semaine.

Il m’aura fallu une semaine avant de pouvoir ouvrir une nouvelle page blanche de petite yaye.

Il y a certains articles qui vous laissent des marques. Celui sur le sommeil de Michoco n’était pas anodin. Ecrit sur le vif, il m’a permis de me décharger d’un trop plein. Il m’a permis aussi de recueillir d’adorables messages que je n’attendais pas mais qui m’ont fait me sentir vraiment moins seule. Quelle bouffée de courage… Merci !

Le soir même de l’article, Michoco a dormi d’une traite, pour ne se réveiller que le matin une fois le jour bien entamé ! J’ai déchargé mon sac et j’ai pu ainsi le coucher plus sereine, ne pas lui transmettre, sans le vouloir, une partie du poids de mes propres angoisses.

Je suis contente car j’ai aussi réussi à partager mon problème avec Grand Choco. Il revient d’un long voyage à l’étranger où il était seul. C’est donc frais et dispo qu’il m’a entendu. Quand il est trop pris par son travail, ses soucis, sa fatigue, le million de personnes qui le sollicite, c’est impensable… mais là, il est intervenu pour poser quelques limites, pour me soulager aussi. Pour Michoco c’est important de sentir qu’on est deux et qu’on est sur la même longueur d’onde. Pour moi aussi !

Samedi soir, je les ai un peu mis devant le fait accompli, mais ils ont joué le jeu, et puis si je les avais prévenu trop à l’avance Grand Choco aurait trouvé un imprévu impératif dans son planning… : je les ai laissé tous les deux ! Grand choco a joué, fait mangé, lavé, couché Michoco. ça va peut-être vous sembler bête mais en deux ans et 3 mois c’était la première fois… La première fois qu’il s’est occupé 4 heures de suite de son fils ; la première fois qu’il a accepté de gérer des impératifs de la journée : manger, se laver, dormir.

Et moi j’étais au cinéma, bien en avance, pour ne surtout pas rater le très demandé Timbuktu (merci le tout nouveau cinéma numérique de l’institut français qui nous permet de pouvoir découvrir les films bien plus tôt qu’avant !).

Depuis dimanche, Michoco ne s’endort plus l’après-midi. Je lui impose un temps calme d’une heure où il reste dans son lit pendant que je m’allonge moi aussi. Au delà de cette heure-là, s’il ne s’est pas endormi, je n’insiste pas. Du coup le soir il s’endort très tôt et sans souci, et il fait le tour du cadran voire plus. En fait il dort le même temps, mais c’est beaucoup moins stressant pour lui comme pour moi. Moins de conflits, de frustrations, de sentiments d’échec ou d’incompréhension.

Bon hier soir il était tellement claqué qu’il est parti se coucher à 18h55 avec 2 cuillères de soupe dans le ventre et sans prendre de bain… pas sûre que si je le mets dans une voiture dans l’après-midi, il ne sombre pas dans un profond sommeil, mais on va continuer à se chercher/observer/essayer…

20150401_083942_20150401084259770Il est trop tôt pour vous dire si on arrête les siestes auxquelles je tenais tant, qui lui faisaient du bien et qui me permettaient de poursuivre mon travail l’après-midi. Je ne sais pas si il est entrain de changer de rythme ou si c’est une période, si je fais bien ou mal, et de là à savoir ce que nous ferons dans quelques semaines… mais aujourd’hui, 7 jours après de chaudes larmes qui roulaient sur nos joues, on se porte mieux vis à vis du sommeil !

 

Publicités

à la recherche du sommeil perdu

sommeil_petitsGarder son calme.

Garder son calme.

Etre patient.

Les barreaux du petit lit de michoco ont été enlevés. D’abord pour la sieste, puis pour la nuit aussi. Ils sont remisés maintenant même si ça me démange fortement de les réinstaller depuis que ça se passe bien moins bien…

Depuis que j’avais découvert que deux de ses barreaux étaient amovibles, j’avais pris l’habitude de lui ouvrir au moment du réveil pour qu’il descende seul de son lit (petit rappel ici).

Tout se passait bien. Après les 10 premiers mois très chaotiques au niveau du sommeil depuis ses 12 mois je dois reconnaître que Michoco s’endort vraiment seul dans son lit, ne se réveille pas la nuit, qu’il appelle toujours de bonne humeur pour que je vienne le chercher. Pendant un an j’ai donc profité à fond et rattrapé tout mon capital confiance sur le sommeil de mon enfant, ce dont j’avais grand besoin !

Puis les deux barreaux enlevés au moment de la descente n’ont plus suffi. Il a commencé à chercher à vouloir descendre seul de son lit, est tombé 2 fois par terre, dont une fois sur la tête… s’est suspendu une fois à sa moustiquaire (tarzan tu connais ?). Bref, ça devenait dangereux pour lui de ne pas lui donner la possibilité de sortir seul.

Au début, Michoco n’avait pas vraiment compris qu’il pouvait sortir tout seul, il continuait à m’appeler, puis petit à petit il s’est levé seul pour sa sieste, a appris à entrouvrir les pans de sa moustiquaire, à ouvrir la porte de sa chambre, s’est levé seul le matin aussi et c’était vraiment un bonheur de voir mon « petit grand » arriver tout seul pas encore tout à fait réveillé et tout chaud, me sauter au cou ou se glisser sous ma couette pour me faire signe de me réveiller.

J’ai valorisé cette étape de « grand », il était fier, les endormissements se passaient sans problème, notre petite routine bien rodée nous aidant sûrement… Une ou deux tentatives de retarder le sommeil : pipi, câlin, boire, mais rien de bien méchant… Un sommeil toujours serein, et un réveil bien qu’un peu plus tôt « correct ». Un mois plus tard, on a même réussi à repasser de  6h30 à 7h10, quand le jour commence à apparaître, à force d’explication sur le jour, sur la nuit, sur le fait que quand il fait « nuit » on fait dodo, quand il fait « jour » on a le droit de se lever de son lit. J’étais presque fière de moi…

Malheureusement les vacances sont passées par là et nous avons dû dormir dans la même chambre. En y réfléchissant bien, je pense que cela a été le déclencheur de nos problèmes. Pendant les vacances il n’a pas bien accepté de dormir dans le lit parapluie mais je n’avais pas le choix car mettre un matelas à même le sol dans notre case n’est pas envisageable, beaucoup d’insectes risquaient de venir lui rendre visite, il faut que je lui organise un lit à lui mais avec des sécurités nécessaires… Il s’est aussi rendu compte que dormir dans la même pièce que maman c’était bien plus sympa.

Depuis que nous sommes revenus, il se relève systématiquement, ne trouve pas le sommeil spontanément, lutte, résiste, ça peut durer plus de deux heures. Autant vous dire que lutter deux heures pour faire la sieste signifie que c’est mort pour la sieste et qu’après il est crevé pour le reste de l’après-midi… Et que le soir ça devient encore plus compliqué. Du coup les nuits sont agitées, les réveils matinaux plus nombreux. Une sombre histoire de poisson qui se mord la queue de laquelle nous n’arrivons pas à nous dépêtrer. Bref pas serein du tout. Ni pour lui, ni pour moi.

J’essaies de rester ferme, de le ramener systématiquement dans son lit pour qu’il comprenne, mais ça me fatigue et ça me mine.

Le début d’après-midi était un temps de travail pour moi, important pour faire avancer les choses et pouvoir passer la suite de la journée tranquille. Je n’ai plus ce temps, puisque je le passe à faire la police du dodo. Le soir était mon petit « sas » personnel. Quand on ne peut jamais passer le relais à quelqu’un, ni pendant la journée, ni pendant le week-end, ni un après-midi de temps en temps, je vous assure qu’on a un besoin vital de ce temps-là… je ne l’ai plus, j’ai l’impression de me retrouver à nouveau avec un bébé d’un mois sur les bras. Coucher 20h, 22 heures de lutte pour l’endormissement, réveil à minuit pour la sucette, 1h30, 3h, 5h, 6h30, c’est hard.

J’aimerai trouver des solutions pour l’aider. J’aimerai comprendre ce qui le dérange, ce qui l’empêche de s’endormir paisiblement comme avant pour lui proposer une solution adaptée. Parfois il me parle de lampe, de couette, de porte, de boire, de bruit, jamais la même chose, je ne sais pas si c’est clair dans sa tête. En même temps plus ça va plus la situation m’énerve, moins je suis capable de trouver des ressources en moi pour garder mon calme, pour mettre en place des stratégies. Sans parler du bruit continuel que font les voisins sous sa fenêtre (4 cours de service avec des enfants qui crient, des bébés qui pleurent, des mamans qui hurlent, des femmes de ménage qui lancent les couverts dans les bols en fer quand elles ne tapent pas sur un pilon ou ne répondent pas bruyamment au téléphone, quand il n’y a pas la musique ou la télé à fond, très pratique pour trouver le calme nécessaire à l’endormissement).

J’ai l’impression de m’agiter dans le vent et de créer plus de tension qu’autre chose autour du sujet. ça me prend la tête et depuis une semaine je ne suis même pas capable de parler d’autre chose. J’ai essayé de crier, c’est pire. De le rassurer, il en profite. De le raccompagner dans son lit sans dire un mot, ça ne change rien. De repasser régulièrement dans sa chambre, il s’agite. Je me suis résolue à m’endormir moi aussi dans sa chambre en début d’après-midi, il faut dire que j’ai bien besoin d’une sieste pour récupérer un peu… Il s’endort en moins de 10 minutes sans dire un mot (moi je ne m’endors pas, trop de bruit…) et fait de longues siestes, mais je ne suis pas sûre que ça lui rende service pour réussir à s’endormir seul. Le soir rien ne marche. Laisser la lumière dans la chambre, une catastrophe. Bref, je ne vois pas le bout du tunnel et cette situation n’est pas acceptable pour moi.

En ce moment nous testons un tableau de motivation que nous avons créé ensemble en début de semaine. Il a le droit de coller une gommette quand le sommeil se passe bien. J’essaies de l’encourager, de mettre en avant les points positifs, les avancées. Il est fier quand il peut coller une gommette, se met dans une colère folle quand il n’a pas le droit. Je vois bien que lui aussi essaie de faire des efforts, mais « c’est dur le dodo » comme il dit… Il a montré son tableau à nos visiteurs, m’en parle spontanément. Comme je lui ai parlé d’aller manger une glace en fin de semaine si le bilan du tableau est positif, il me parle de glaces 4 fois par jour ! On discute, avec ses mots il arrive à dire que quand c’est la nuit, on reste dans le lit et on fait dodo. Mais je crois que la « frontière imaginaire » que constitue ce lit ouvert n’est pas encore très claire pour lui. Il se lève, reste près de la porte ou s’assoit dans le noir dans le couloir, et peut rester une demie heure comme cela sans bouger, sans dire un mot. Il ne vient même pas faire le clown ou dire qu’il ne veut pas dormir, ou pleurer ou se rouler par terre. Il a sa tétine dans la bouche et il soupire. Il peut rester ainsi une demie heure si je n’interviens pas. Quand je le raccompagne dans son lit, il ne dit rien, mais se relève quelques minutes plus tard, c’est sans fin.

Je sais qu’il faut que je garde mon calme, que les choses peuvent demander un peu de temps pour se mettre en place dans sa tête, mais j’ai besoin de voir une once de progrès pour me donner du courage… pour me donner l’espoir que ça va rentrer rapidement dans l’ordre, ou pour me donner la force d’accepter que la situation peut durer plus longtemps… ou pour me permettre le recul nécessaire pour encaisser que je ne peux pas résoudre tous les problèmes de mon fils…

Bref, Michoco a perdu son sommeil et ne plus refermer sa porte le soir avec le sentiment du devoir accompli me manque terriblement…

 

La jolie illustration vient justement d’un article qui traite du sommeil des petits sur le site vosquestionsdeparents.fr.

Gigot de 7 heures… les carottes sont cuites !!!

20140130_141711Et voilà, c’était censé être la fin de mon article sur le gigot de 7 heures hier (petite piqure de rappel ici). Il est 22h15, je m’apprête à le mettre en ligne quand un lointoin « oin, oin ! » vient chatouiller mes oreilles.

Michoco s’est réveillé… Pas un de ces petits réveils nocturnes à cause du bruit des casseroles des voisins (gggrrrr…) ou d’une petite angoisse.

Je le trouve yeux grands ouverts, « têtée, têtée ! ».

Mes tentatives pour le rendormir sont des échecs, et pour la première fois, je le sors de sa chambre la nuit car il est vraiment très réveillé…

Mon analyse de Petite Yaye : il a pris son dodo pour une sieste de l’après-midi (2h45 ça correspond pile poil à ses nouvelles habitudes) et le voilà qui pète la forme… Well…

Et c’est parti pour un vrai petit spectacle pendant 2 heures 1/2, voici ses numéros dans le désordre :

. rigole tout seul devant jacky chan justement sur les passages qui sont drôles (enfin drôles pour grand choco, ils doivent avoir le même humour…), trop bizarre !
. emballe ses boîtes dans un sachet plastique et nous dit bye-bye : la nounou va chercher à manger à 13 heures avec un Tupperware qu’elle met dans un sachet plastique !
. prend mes pommes noisettes pour des petits ballons
. emploie mille stratagèmes pour s’approcher du gâteau au chocolat de grand choco ! (dis donc michoco tu penses quand même pas que maman va accepter de te filer du sucré à minuit passé ?? c’est pas la fête du slip non plus…)
. va chercher ses chaussures, essaies de les enfiler par dessus ses chaussons qui débordent déjà des pieds du babygros
. part dans la cuisine faire ses petites mixtures, revient faire semblant de nous donner à manger et nous fait bien comprendre que lui il a mal aux dents
. Revient devant ses petits bols et réclame à manger de manière très précise, montrant tant tôt le blé, tant tôt le bibi, tantôt la compote, mais une cuillère pas plus :  » j’ai bien repéré le manger, mais je suis très occupée moi maman ! »
. regarde et commente tous ses livres, fais les allers retours entre papa et maman pour que tout le monde puisse bien voir CHAQUE image…
. appelle le gardien, le chien des voisins, répond aux moutons des autres voisins
. nous lance son ballon
. sors du salon en rigolant pour qu’on joue au loup ou à cache-cache avec lui
. monte sur mon dos pour faire le cheval. « j’ai sommeeeeeeeeeeil moi ! », j’ai une idée : je fais le cheval endormi ! Ca le fait encore plus rire, il m’escalade et continue à se croire sur un cheval, bruitage à l’appui !

Plus besoin de film comique pour la soirée : on a été servi à domicile !

Finalement dodo à 1h30 jusqu’à 11 heures du matin… Le midi je lui explique bien que c’est le repas de midi et qu’il ne reste que le dodo de l’après-midi avant celui de la nuit, espérons que ça marche… pace que c’était sympa hier soir, mais tous les soirs…

En tout cas pour mon autocongratulation sur le sommeil, je repasserai un autre jour !!!!

 

Après le gigot de 7 heures, la sieste de 6 heures !

20140129_215620On bat record sur record ici : des nuits de 12h30 non-stop ! Des siestes de 6h en journée ! Michoco s’est transformé en mode marmotte qui hiberne !  Est-ce l’effet des vaccins de vendredi ? des dents qui sortent ? de la petite fraîcheur qui recouvre Dakar ? de grand choco qui a battu lui aussi tous les records : 35 jours consécutifs de présence !! ? Est-ce la fusion du croisement entre l’astre lunaire du 4ème quartier et la comète ZX III qui atteint le 12ème degrés ?ou tout simplement Michoco qui grandit ?

Grande nouveauté : il s’endort tout seul dans son lit, comme un grand ! Pas de hurlement, pas de demi-heures dans les bras, pas de bagarres pour contenir l’ « animal crispé », et surtout (car on a fait beaucoup de progrès sur l’endormissement depuis déjà quelques mois), quand il dort, ça dure ! Youpi…

Nuits plus longues, siestes qui durent (bon 6 heures c’était exagéré j’avoue ! mais 2 fois entre 1h45 et 2h45, ça me va très bien !), réveils de bonne humeur, corps de bébé détendu (oui, je n’avais pas connu beaucoup ça…), endormissement plus facilement tout seul, capacité à se rendormir sans paniquer : que du bonheur !

Après avoir attendu 9 mois pour une première sieste de 1h30 d’affilé, 10 mois pour une première nuit complète, 11 mois pour des endormissements bien plus sereins, nous continuons sur notre lancée ! Je suis bien contente d’avoir insisté sur les horaires, continué inlassablement nos petits rituels, pas craqué sur les principes que je m’étais fixée. Il y a eu des hauts et des bas, mais on a toujours « avancé ».

Alors voilà, il y a des bébés qui sont au point à 2, 3, 4 mois… Michoco a 13 mois et il commence à être réglé. Merci les RGO et l’intolérance au lactose…

Depuis 2-3 jours, nous ne sommes tellement pas habitués à ce bébé marmotte qui aborde le sommeil d’une manière tout à fait détendue… que personne ne sait quoi faire de son nouveau temps « libre ». Je me lève tôt pour « rien ». La nounou tourne comme un lion en cage dans la maison dans la journée, voulant aller vérifier toutes les 3 minutes s’il respire ! Je ne m’inquiète pas trop car même s’il a perdu un peu l’appétit ces derniers jours, réveillé il a toujours son sourire, son humour, sa curiosité et sa patate.

A votre avis, c’est un passage qui ne va pas durer ou on a franchi une étape ?