Pancakes

20160117_093825_resizedCette recette est juste parfaite. Elle nous vient de ma source d’inspiration culinaire préférée : mamancadeborde.com.

J’ai juste divisé les quantités de sa recette par 2 pour une dizaine de pancakes : 2 pour michoco et 8 pour moi… c’est déjà plus que bien assez !!!!!

 

Nous en préparons très régulièrement, pour le petit déj du dimanche, mais pas que… et Michoco adore mettre la main à la pâte, bien entendu !

Alors voilà… je ne vais pas vous faire mariner plus longtemps. Pour de délicieux pancakes, il vous faudra :

    • 3 œufs
    • 1 sachet de levure chimique
    • 175 g de farine
    • 2 cuillères à soupe de sucre
    • 100 ml de lait
    • 3 cuillères à soupe d’huile de tournesol
    • 1 cuillères à café rases de sel
    • un peu de beurre pour la cuisson

Battre les œufs, verser le lait, ajouter le sucre.

Puis verser au fur et à mesure la farine, la levure et le sel, en enfin l’huile en battant énergiquement.

Faire chauffer la poêle en la beurrant légèrement puis verser la pâte à pancakes à la louche.

Quand de mignonnes petites bulles remontent à la surface, les pancakes sont prêts à être retournés, poursuivre la cuisson 1 à 2 minutes et renouveler l’opération jusqu’à ce que vous ne puissiez même plus lécher le saladier !

Après plusieurs recettes testées, j’ai immédiatement adopté celle-ci, gonflés, sans être bourratifs, légers sans être trop poreux, le dosage est à mon goût parfait !

20160124_093236_resizedLa variante michoco : incorporer du cacao dans le mélange avant la cuisson

La touche canadienne : arroser de sirop d’érable (comme on n’en manque pas pour les raisons que j’évoquais ici, on ne se prive surtout pas !)

Bon appétit bien sûr !

Publicités

Confiserie

20150305_102446

Pour une coquine, c’est une coquine. Aouka. 6 ans.

Jamais la langue dans sa poche, jamais les yeux dans la poche non plus. Ses poches à elle, elle les utilise pour grappiller tout ce qu’elle trouve de comestible.

Sa maman s’exaspère de la voir porter chaque jour le même pantalon sale, déchiré, qui tombe littéralement en lambeaux. Aouka est bien trop contente d’avoir des poches pour s’arrêter à ces insignifiants détails esthétiques…

Un morceau de sucre par-là, un peu de pâte d’arachide par-ci. Même un morceau de tissu pourrait lui être utile.

Les autres se dépêchent d’avaler les trésors pour ne pas se faire prendre par les mamans, ça leur vaudrait quelques coups de bâton dont ils n’ont pas spécialement envie.

Même le pain de singe, le fruit de baobab, est mangé en douce. C’est si doux et fondant dans la bouche, un vrai bonbon. Mais les mamans leur interdisent d’en consommer en dehors de la bouillie du petit déjeuner, ça constipe.

Aouka, elle, préfère accumuler, accumuler pour créer ses confiseries ! Mélanger les goûts pour obtenir un goût différent. Elle a compris le concept !

Une petite bouteille vide, 6 morceaux de pain de singe, un bec et demi de sucre, un peu d’eau et elle secoue, fort. Secoue encore. Ajoute un minuscule morceau de bonbon à la menthe fraîche, goûte, fait la moue, écrase entre ses dents un peu de jujubes, sort d’on ne sait où un minuscule flacon contenant de l’essence de banane.
Les autres se seraient bien dépêchés d’avaler la douce mixture.

Elle file en douce rajouter encore un peu de miel pendant que sa maman sort puiser de l’eau.

– Aouka, Aouka, viens m’aider… lui demande-t-elle, déjà loin.

– J’arriiive ! s’empresse-t’elle de lui répondre, toute excitée par sa bêtise en douce

Elle sort de sa poche un vieil emballage de bonbon pour y verser sa préparation. Elle referme délicatement l’emballage avant de l’ouvrir tout aussi délicatement pour en lécher goulument le contenu.

Puis, faisant de nous ses complices, elle nous tend le reste avec son plus beau sourire tout édenté et file rejoindre sa maman en sautillant, son sceau sur la tête et encore tout plein de trésors dans les poches !

 

Voilà ma participation tardive à la semaine 19 du projet 52, toutes les autres sur le même thème sont regroupées chez Ma’ : ici !

Chocolat

Aujourd’hui Dominique est fier. Du haut de ses 7 ans il file à la boutique plus vite que l’éclair. Sa maman lui a donné 50 francs de plus. Il part acheter du pain. Il a vu passé le boulanger sur son vélo. Ce matin il y a donc du pain et ça change des bouillies de mil ou du lait chaud/ventre vide pour partir à l’école.

Sur l’étagère de Michel le boutiquier, un pot de beurre et un pot de chocolat à tartiner trônent en bonne position.

Quand je dis chocolat à tartiner, accrochez-vous bien, c’est un fait un mélange de pâte d’arachide et de pâte de chocolat, de quoi vous tenir au ventre toute la matinée…

Ici le pain ne se tartine pas à la maison, mais directement à la boutique.

50 francs CFA la dose (7 centimes d’euros). Le prix peut paraître modeste, mais c’est déjà une petite somme par rapport au pouvoir d’achat local, surtout si on devait multiplier par le nombre de membres dans la famille…

Il achète un pain et tend sa pièce de 50 francs. Pas besoin de conversation ou d’explication. Entre sa main experte le boutiquier tranche d’un coup sec le pain et insère dans l’un des morceaux la dose de chocolat, ni plus ni moins. Tous les 50 francs de doses additionnés font pile la somme du pot entier, il n’a guère le droit à l’erreur.

Pour Dominique qui a assisté à la scène plus d’une centaine de fois, c’est la première fois que le boutiquier tartine SON morceau de pain. Les autres enfants en chemin pour l’école s’attroupent.

Tout fier, il attrape sur la pointe des pieds le trésor et découpe ses 10 centimètres de pain en une vingtaine de morceaux. Personne ne crie ou ne se bouscule, mais personne n’est oublié.

Aujourd’hui c’était sa tartine, demain un autre enfant partagera peut-être son chocolat avec lui et tous les autres !

20150305_080515_resized

 

Encore une grande leçon de vie, mais oui c’est du vécu et ça donne une bonne claque à notre façon de voir et d’être… c’était ma participation au projet 52 de Ma’, toutes les autres sont réunies ici, sur le thème pour cette 10ème semaine du… chocolat ! je file moi-même me lécher les babines sur les autres blogs ;-)

Cookies banane flocons d’avoine


 

En cette période de fête, beurre, chocolat, farine, œufs, les recettes de sablés de Noël et autres gourmandises dégoulinent sur la toile !
Moi je me suis trouvée avec une autre problématique la semaine passée : Michoco, grand mangeur de banane de son Etat, ne veut plus en manger depuis que j’achète mes bananes locales bio… Je me casse la tête pour sa santé et c’est comme ça qu’il me remercie !!!
Ma capacité à manger 3 bananes par jour étant épuisée et mon régime de banane commençant à être plus que mûrissant… je me suis dis pourquoi pas un gâteau à la banane ?

J’utilise régulièrement, mais je suis obligée de manger la moitié du gâteau (au moins) à moi toute seule… Plusieurs blogs proposent une recette rapide et simplissime :

des cookies bananes / flocons d’avoine

Ingrédients
(pour une douzaine de cookies)
. 2 bananes
. 85 grammes de flocons d’avoine
. pépites de chocolat, raisins secs, noix ou autres gourmandises selon votre humeur et vos placards !

Préparation
1. Ecraser les bananes pour obtenir une purée homogène
2. Ajouter les flocons d’avoine ainsi que les gourmandises et bien mélanger
3. Former des boules (pour ma part j’ai fait des boules de la taille d’un pruneau environ) à déposer une une feuille de papier sulfurisé (vous pouvez écraser un peu vos boules avec le dos de la cuillère si vous souhaitez une forme finale très plate)
4. Faire cuire à 180° pendant 15 minutes environ
5. Déguster et/ou conserver dans une boîte hermétique (maximum 3 jours)

Petit bilan
Michoco n’a pas aimé :-( Dommage car c’est un super petit goûter pour l’école… Ou à emporter là où tu n’as pas envie que ton enfant réduise en miettes son goûter… Je retenterai donc l’expérience une prochaine fois. Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié. ça ne vaut pas un cookie  dégoulinant de beurre, bien entendu… mais c’est un bon petit encas pour caler une petite faim ou accompagner une tasse de thé. Cette recette ne nécessite pas des tonnes d’ingrédients et permet d’utiliser les bananes qui mûrissent un peu trop vite. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est une recette « light », mais ce ne sont que de bonnes calories et ces cookies sont pleins de vitamines !

Alors à vos fourneaux ;-)

cookie_banane_avoine_petiteyaye

Recette vue sur sur clementinecuisine (ici) et sur Tentation de gourmandise () (entre autre car elle a déjà fait le tour d’internet visiblement cette recette !)

 

1er mai chocolaté !

20140430_132718Nous avons raté le virage du chocolat de Pâques (petit rappel ici).

Le jour J, j’ai un peu regretté.

Lors de mon dernier passage dans notre fameuse boulangerie préférée, j’ai craqué pour cet adorable lapin en chocolat et ses petits œufs fourrés, un des derniers du panier soldé trônant à côté de la caisse.

Les quantités sont « raisonnables » pour mon tout-petit, parfait :
.  je viens de sevrer Michoco du Ngalakh, ce n’est pas pour le droguer au chocolat !
. ça m’évitera d’avoir une excuse pour manger les 7/8ème de son sachet !

Michoco était ravi. Il a délaissé son dessert (compote pomme-ananas-mangue parsemé de morceaux de fraises, miam !) pour son petit sachet de Pâques, arborant un sourire jusqu’aux oreilles !

20140430_151548Il m’a demandé instantanément d’ouvrir le paquet.

Il a bien reconnu les œufs en chocolat avec leur emballage brillant et en a englouti un goulument avec sa tête l’air de rien : « mais je connais ce goût-là, j’en ai déjà mangé chez papi et mamie, c’est drôôôôlement bon ! », puis il a pris le lapin dans les mains.

Il m’a montré ses grandes oreilles, son nœud autour du cou, a commencé à lui taper la causette, l’a tenu dans les mains comme une petite figurine. Trop chou : il n’a pas remarqué que c’est du chocolat ! Ca commence à fondre… Clac, je coupe les oreilles du lapinou.

Michoco qui ne m’avait jamais fait le signe ou le bruit du lapin me les a fait immédiatement… Comme quoi il les avait bien intégré mais n’en avait pas l’usage car on ne rencontre pas beaucoup de lapins dans notre vie quotidienne (contrairement aux chevaux, chiens, chats, moutons, oiseaux, poules, chèvres, lions*, girafes*, zèbres* et autres éléphants*)
* je vous rassure ceux-là on les croise plus souvent dans les livres qu’en vrai !!

Je vous confirme que michoco porte très bien son surnom, tout comme sa maman (et son papa !), il A-DO-RE le chocolat…

Vive Pâques… Et bonne fête du 1er mai ! Peut-être que pour l’ascension on vous parlera de muguet ??!