à Hong Kong !

20150428_152009_resized Toujours écrire ses impressions après un jour de voyage…

Après elles changent, ou pas, mais leurs odeurs, leurs couleurs se modifient. Simplement parce que si il y a plusieurs première fois dans la vie, pour chaque expérience que l’on vit la première fois est unique !

Alors voilà, nous sommes à Hong Kong ! Je l’avoue, le défi n’était pas évident à relever. Italie, Angleterre, Australie, Allemagne, Suède, Norvège, Ecosse, Irlande, Islande, Indonésie, Thaïlande, Nouvelle-Calédonie, et bien d’autres destinations ont été proposées. A un moment donné je me serai cru dans une bataille navale, mais notre destination a été finalement découverte sur instagram par Metylen du blog lesvalisessouslesyeux à qui nous ramèneront un petit souvenir local !

20150428_145603_resizedFinalement 12 heures d’avion c’est mieux que 5, Michoco a dormi 11 heures sur 12 et s’est réveillé en pleine forme ! Nous avons eu la chance de pouvoir avoir 3 places pour 2 puisque le vol n’était pas complet, et j’ai donc eu un siège pour moi toute seule sans enfant à moitié vautré sur mes genoux. Lui a pu dormir presque normalement et était beaucoup plus facile à gérer pour la logistique qui a suivi (douanes, bagages, métro…). Après un départ de la maison samedi à 21 heures, nous sommes arrivés entiers à Hong Kong et avons posé nos valises « chez nous » Lundi à 19 heures 30… Sacré voyage !

L’Afrique ça fait peur… Nous étions sur notre vol Paris-Hong Kong, vous vous en douterez sûrement, les seuls à arriver de Dakar !! Prise de température à l’arrivée, vérification de nos bagages au contrôle de douane : nous étions attendus !

Où sont les enfants ? Déjà dans l’avion Michoco était le seul enfant mais arrivés à l’aéroport même impression. ça change de Dakar où les enfants grouillent de partout… Une ou deux poussettes à tout casser et des parents pas très enclins à engager la conversation.

20150428_154540_resizedRevoir son petit frère (bon, il mesure presque 2 mètres, et alors ?!) pour de vrai, c’est cool ! Il y a Facebook, Skype et tout et tout, mais après 2 ans, ça fait drôlement plaisir quand même ! Surtout quand Michoco qui ne le connaît que par écran interposé est allé lui sauter dans les bras à l’arrivée de l’aéroport !

A Hong kong on parle cantonais et non mandarin. J’ai voulu être sympa en sortant mes deux mots de chinois : ni hao (bonjour) et sié-sié (merci), et bien vous saurez, à mes dépens, que c’est très mal vu de parler mandarin à des cantonais… Il faut dire jo-san (bonjour) et do-dié (merci). Bref… pour moi ça reste du chinois !! Michoco s’est mis à l’anglais, ce matin il disait « aïe » à tout bout de champ… Quand nous avons dépassé 9 heures du matin heure sénégalaise j’ai compris qu’il disait « Hi ! », tout simplement pour saluer les gens !!

Tousser dans le métro est très mal vu. Michoco a pris mal à la gorge avec les clim de l’avion, du coup, il tousse ! Une jeune fille s’est épongée le visage avec 3 mouchoirs différents, les autres se sont écartés. Tant mieux, ça nous a fait plus de place. Rien à voir donc avec les nez morveux des petits sénégalais. Ici, pour éviter la contamination, le malade porte un masque devant sa bouche.

20150428_170440_resized

Regarder des buildings d’en bas, d’en haut, de jour, de nuit, c’est cool ! Surtout quand on n’est pas habitué à croiser dans son quotidien des immeubles de plus de 4 étages pour les plus hauts !

Les gens sont assez sympas pour céder leur place à une femme avec un enfant en bas âge, chouette ! C’est sûr que ce critère est plus difficile à respecter au Sénégal où le bus est bondé de femmes avec des enfants en bas âge. Il faudrait établir des critères de choix : nombre d’enfants, âge des enfants, grossesse en cours de la maman pour fixer les priorités et on n’en ferait de toute façon pas partie !

Mine de rien le rapport dollars honk-kongais et euro a pris 30% ces derniers temps et la vie locale est relativement chère. On me disait que je pourrais manger pour pas grand chose, mais ce n’est pas gratuit quand même ! D’ici deux jours je pense que je ferai un petit point pour équilibrer au mieux nos activités… et je ne pense pas revenir les bras chargés d’électronique…

Faire manger un petit garçon avec de baguettes est très agréable. Quand il vous pousse la main pour vous expliquer pour la 3ème fois qu’il n’aime pas, et bien la nourriture reste dans les baguettes au lieu de se renverser sur la table / le sol / lui / vous ! En revanche, ça mériterait presque une « note pour plus tard » : laisser un enfant de deux ans et quatre mois manipuler des baguettes que s’avérer dangereux pour vos yeux / ceux du voisins…

20150428_222257_resizedHeureusement que facebook est interdit en Chine finalement. A l’heure où je vous parle Michoco et moi-même aurions déjà eu droit à 3.657.976 Like sur Facebook sinon ! Les Honk-Kongais ne prêtent pas plus attention que cela à nous, mais tous les touristes chinois veulent absolument se faire prendre en photo avec nous ! Au début Michoco trouvait ça plutôt sympa, il gagnait des bonbons et des gâteaux mais ça l’a vite gonflé quand même !

Les gens sont civilisés, il y a un monde de fou dans les rues, mais chacun respecte le sens de circulation, traverse dans les clous, attend les feux verts. Pas d’insultes, ni de bousculades, ça nous change de la France et du Sénégal !!! Au moment de l’embarquement dans l’avion, c’était déjà le jour et la nuit… Notre expérience sur place le confirme. Nous sommes très loin des incivilités et c’est tout à fait agréable ! En revanche, en contrepartie on ne reçoit que peu de sourires et échanges bienveillants. On ne peux pas tout avoir !

Les building sont hauts. Si hauts que Michoco me demande constamment si il fait nuit. De ses trois pommes il ne voit pas le ciel et ça l’intrigue drôlement ! Cette nuit il a réussi à voir une étoile. Avec la « pollution visuelle », ça confirme une impression que j’ai depuis longtemps : il a vraiment une très bonne vision et un sens de l’observation hors-pair.

Il ne laisse rien paraître, mais je pense qu’il encaisse tout de même drôlement de voyage. Il n’a pas voulu quitter sa tétine de la journée… Asiatique, européen, africain, même combat, c’est toujours l’ami des hommes, les femmes qui s’approchent de lui n’ont droit qu’à son mépris alors qu’il est déjà pote avec le gardien de l’immeuble, le chauffeur de tram et le vendeur d’autocollants mickey (bon, ça a mon avis c’est surtout à cause de Mickey !). Il regarde avec ses grands yeux, bien content que sa maman ne soit jamais loin et vérifiant si le papier avec l’adresse de Tonton est toujours bien en place dans sa poche…

20150428_173634_resizedNous sommes dans une ville par excellence, mais entourés tout de même de nature. A quelques minutes du centre bondé, j’ai marché 2 heures en pleine verdure, accompagnée par le chant des oiseaux, le bruissement des feuilles d’eucalyptus et le ronflement de Michoco qui faisait la sieste dans mon dos. Quelques sportifs aguerris, marcheurs solitaires, couples ou bandes de copains/copines faisaient le chemin dans le sens inverse (et ça grimpe sec !) ainsi qu’une ou deux femmes protégées par des manches longues, un parapluie, une visière de 50 centimètres de profondeur et tartinée de crème solaire pour ne surtout pas bronzer (d’ailleurs elles ont regardé Michoco avec un drôle d’œil, je me demande pourquoi…)

20150428_173625_resizedLes dessins des vedettes de dessins animés ne sont pas adressés qu’aux enfants. Le menu Hello Kitty n’est pas un menu enfant, c’est un menu adulte… Mais c’est très bon quand même !

Nous voilà donc à Honk Kong pour 10 jours d’aventure très dépaysantes !

Day 1 : réveil à 13h40 (super grasse mat’ mais 5h40 heure du Sénégal, ça pique quand même un peu les yeux !), premier déplacement en tram (2ème étage avec vue devant s’il vous plaît !), balade dans les rues chics de Central (ça c’est parce qu’on n’est pas descendu assez vite du tram, mais c’était cool !), funiculaire pour monter au point de vue de Victoria Peak (552m), balade et descente à pieds (2h dont 1h30 de sieste de Michoco dans mon dos), minibus vert, fast-food chinois et un apéro dans un bar-terrasse au 32ème étage.

Je vous laisse, il faut que j’aille concocter le programme de demain !

 

Sur les murs de ma ville

La débrouille, la galère, la jeunesse, l’espoir, la colère…

Les murs sont à l’image de la ville, de sa vie : colorée, animée, de bric et de broc, non achevée, sale mais ensoleillée, poussiéreuse mais pleine de promesses, parfois abattue et découragée mais fière et engagée, ethnique et guindée à la fois, mixte mais unie, ségréguée, solidaire… Dakar !

Sur les murs de ma ville, il ne faudrait pas l’oublier, sont aussi inscrites les folies du passé. Son existence, son importance sont controversées, mais plus important : la symbolique est là, ces murs d’un autre siècle, qui à force devient de plus en plus lointain, soutiennent celle que l’on surnomme la « porte du voyage sans retour »…

Contre ces murs 900 à 1.500 esclaves auraient attendus quelques jours ou plusieurs mois leur départ pour un voyage… sans retour. Donner plus de chiffres précis à ce site touristique serait un peu anecdotique au regard de l’ampleur du « commerce ». Les historiens estiment que 42 millions d’africains ont été victimes de la traite négrière, 11 à 13 millions pour la traite transatlantique qui aurait nécessité quelques 54.200 traversées…

Nelson Mandela, Jean-Paul II, Barack Obama, nombreuses sont les personnalités et les touristes anonymes à avoir visité le site, versé quelques larmes, glissé leurs doigts le long des murs restaurés de la dernière maison des esclaves de l’Ile de Gorée, située à quelques encablures de Dakar.

Toucher ces murs comme pour mieux s’imprégner. Se mettre quelques secondes dans la peau de ceux qui ont vécu cette sombre histoire dont on ne parle pas assez dans l’Histoire. Pour se recueillir. Pour s’indigner. Pour ne jamais oublier… Pour essayer de ne pas refaire les mêmes erreurs…

 

Goree_petite_yaye

 

C’était ma participation aux Instantanés Singuliers de l’atmosphérique Marie Kléber sur le thème : « les murs de votre ville ». Toutes les autres sont regroupées .