Première fois

Le premier jour, attiré par les haut-parleurs, il m’a demandé de l’accompagner jusque devant la porte.

Le lendemain, c’est en chantant qu’il demandait aux voisins de venir avec lui,

Le troisième jour, il s’est aventuré seul sur le chemin.

Puis finalement l’autre soir, le plus naturellement du monde, il a trouvé le portail ouvert, alors il est entré.

Il a vu les chaussures éparpillées et a retiré ses bottes avec lesquelles il sautait dans les flaques d’eau quelques instants plus tôt.

En franchissant la seconde porte, il a trouvé quelques dizaines d’hommes, calmes, alignés. Il s’est rangé à leur côté.

Ses pieds enfoncés sereinement dans la moquette, les paumes de ses mains et son front venant les rejoindre de temps à autre,

Des paroles puissantes au silence, il a tout écouté.

Il a serré quelques mains et a suivi le flot naturel des hommes se dirigeant vers la sortie. Comme s’il avait fait ça toute sa vie.

A l’heure où le crépuscule a pointé son nez,

Il venait d’entrer dans sa première mosquée.

to_porte-minaret-04

(l’image vient de )

 

Lendemain de fête

Si les quelques jours qui précèdent la fête ne sont que stress, dépenses inconsidérées et frustrations (petit rappel ici), le jour de la fête il en est tout autrement !

Vers 9h – 9h30, les mosquées se remplissent pour la Prière de la Tabaski. C’est une prière rapide, en quelques minutes c’est déjà terminé et à part de brèves (mais chaleureuses) salutations, personne ne s’attarde vraiment. Chacun veut regagner au plus vite son domicile pour égorger son mouton ! C’est tout de même une belle occasion d’assister au plus beau défilé de boubous de l’année (pour ceux qui ont récupéré leur couture à temps !).

A 9h45 on entend le dernier chant des moutons. Ils sentent probablement leur heure venir, ils se répondent les uns aux autres, d’une maison à l’autre, bêêêêêêeeeeee, même les plus calmes poussent la chansonnette, dont le nôtre !

PaperArtist_2014-10-06_10-12-38J’ai baptisé notre mouton de tabaski « TABASCO Ier » ! Nous n’avions jamais eu de mouton à nous pour la fête Michoco et moi. Michoco était bien étonné de le découvrir en bas de notre maison… Bien sûr il avait souillé tout notre perron dans la nuit, mais comment lui en vouloir, lui qui va être sacrifié dans quelques heures, pour ne pas dire minutes… Nous le saluons mais je n’ai pas envie de m’attacher plus que ça, car c’est une amitié qui finira mal…
Certaines personnes s’attachent d’ailleurs tellement à leur mouton qu’elles n’osent pas l’égorger pour la fête et préfère acheter un autre… Non pas que ce soit la bête la plus attachante du monde, mais à force de vivre ensemble au quotidien, je peux comprendre !

Nous qui avions prévu de passer voir des amis dans la matinée, nous sommes assignés à domicile pour cause d’égorgement de mouton !

Heureusement nous avons trouvé en la personne du cordonnier du quartier le bourreau de notre animal. C’est un travail fastidieux car une fois égorgé il faut encore le dépecer de la tête aux pieds, trier les morceaux. L’occasion pour nous de naviguer entre notre mouton sur le perron et les moutons des voisins sur les perrons d’à côté. Michoco n’est pas plus traumatisé que ça. Il commence par « dodo ton » et au fur et à mesure que le mouton ne ressemble plus du tout à un mouton il alterne « miam miam », « manger » et viande ! Il a bien compris le concept…

PaperArtist_2014-10-06_10-33-11Le voisinage se salue, on se souhaite bonne fête, on répartit aussi la viande. Chacun tient à s’offrir un peu de sa viande, on échange donc quelques côtelettes de Tabasco Ier contre un jaret du mouton voisin ! On remet aussi de la viande à des voisins plus éloignés qui n’ont pas eu les moyens d’égorger un mouton, on en donne aux talibés qui circulent dans le quartier, on prépare des sachet de viande qu’on distribuera à d’autres dans la journée. Avec Michoco, on se fait griller un petit morceau de foie, le reste de notre part je la congèle car pas de cuisine pour nous aujourd’hui, nous sommes invités !

Jusqu’à 14 heures, ça s’affère dans les chaumières, on grille, on mijote, chauffe, dore, remue et recouvre… L’attraction principale de la journée sera bien le repas !

PaperArtist_2014-10-06_10-01-50On enfile nos beaux boubous, les rues sont calmes, Michoco est fier dans sa tenue et pressé d’enfiler ses chaussures ! Dans la rue tout le monde prend le temps de se souhaiter bonne fête, de se congratuler sur sa tenue. Bien sûr, nous ne passons pas inaperçus !

Dans les maisons aussi, chacun passe dire bonjour pour quelques minutes à des amis, des parents. Les enfants sont fiers avec leurs jolies tenues, leur coiffure toute fraîche et leur chaussures neuves. Petit à petit les parents se mettent à l’aise, la chaleur aura eu raison de leur tenue flamboyante. Les garçons troquent leurs marakistes (babouches) pour leurs tongs puis leur boubou pour un tricot de corps et enfilent finalement un short de foot ! Seules les petites filles continuent à jouer au jeu des salutations bien apprêtées entre maisonnées ! Vers 18h, crevés, les garçons qui repassent dans leur maison on maintenant le droit d’enfiler leur tenue « occidentale » toute neuve : chemisette à carreaux, jeans et baskets. Ils reprennent leur tour du quartier pour récolter quelques étrennes !

On ne fait rien de plus que les autres jours, on discute, reste assis devant la télévision, on boit un coca, on rit, on transpire, on envoie des sms, répond au téléphone, mais on se sent tous comme des rois, des reines et des princesses !

A la tombée de la nuit, les jeunes troquent définitivement leurs habits traditionnels pour des habits plus modernes, les sonos affinent leurs tests sons, les soirée dansantes vont afficher complet cette nuit. Demain, c’est férié !

On va pouvoir passer la journée à repenser à cette belle journée, replier les boubous dans leurs emballages, dégraisser la cuisine, saluer les amis oubliés et rêver de la prochaine Tabaski !

Le vendredi, c’est…

Le Dimanche à Bamako c’est jour de mariage, mais le vendredi à Dakar c’est le jour de la Prière !

En Amérique du Nord c’est Casual Friday (tout le monde vient au boulot en habit décontracté), ici le vendredi a aussi son petit goût spécial d’avant week-end.

Dès que tu mets un nez dehors, impossible de passer à côté, c’est vendredi ! Les boubous sont de mises, les dames arborent leurs plus belles broderies, voile sur les épaules, les hommes sortent les bazins assortis.

20131114_131043

bazin blanc, broderie argent et doré
saison 2013-14 !

Parfois ça nous contamine jusqu’à ce que michoco porte son petit « complet » traditionnel et moi mon pagne. Pour l’instant, il ne se rend pas compte que c’est vendredi, mais dans quelques années je sais que le vendredi sera à ses yeux aussi un jour un peu à part.

Dans l’Islam, la Prière c’est tous les jours, cinq fois par jour même (et au cas où vous l’oublieriez, il y a des haut-parleurs dans tout le quartier pour vous le rappeler… non non un n’est pas suffisant, 3 à chaque coin de rue, c’est mieux !). Le vendredi, c’est la Grande Prière, rendez-vous vers 14 heures à la mosquée pour prier tous ensemble.

Il vaut mieux être au courant car à cette heure-ci c’est un peu comme si le temps se mettait en mode « pause ». Les boutiques ferment, ça court de gauche à droite avec un tapis sous le bras, les retardataires cherchent de l’eau pour faire leurs ablutions. N’essaies même pas d’appeler quelqu’un, ça sonnera dans le vide. Tiens « Alllllaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ouakbar » (Dieu est grand), la voix du muezzin résonne dans la sono. C’est l’heure !

20120427_133951

Centre ville de Dakar à l’heure de la prière du Vendredi

En centre ville, la rue s’envahit de pèlerins qui transforment le bitume en mosquée de plein air. A se demander même d’où sort tout ce petit monde ? Des fourmis invisibles en temps normal qui sortent de toute part et remplissent chaque mètre carré d’espace libre. Sur les trottoirs, en rang d’oignons, entre deux voitures garées, puis sur la chaussée, c’est bientôt un quartier entier qui est bloqué pour une quinzaine de minutes. Et si tu es coincé au milieu, au volant de ta voiture, tant pis pour toi ! (ou tant mieux car c’est joli à voir). Puis tout le monde se disperse et la vie reprend ses droits en un battement de paupières…

Michoco adore prier ! Ou plutôt devrais-je dire jouer à prier ? faire semblant de prier ? imiter les grands qui prient ? C’est simple quand certains naissent avec un ballon au pied, lui il priait déjà avant de savoir marcher… mon petit « cul béni » ! Je ne m’inquiète pas outre mesure, à 3 ans mon petit frère voulait bien être prêtre et faisait tourner en boucle les K7 des chants d’Eglise ; impossible de passer devant une église sans entrer dedans ; quand on le voit aujourd’hui… hein bibinou ??!

20140321_082848

michoco et grand choco ce matin

Dès que Michoco voit un tapis de prière, c’est la folie. Et vas-y que je me baisse, les fesses en l’air, la tête en bas, je me relève, les mains au ciel, je m’allonge sur le tapis, me rassoit, c’est reparti pour un tour. Une vraie séance de gym et de vocalise car il accompagne ses mouvements d’hypothétiques « aaaaawwwwaaaa waaak… ala alalaaaaaaa ouak ! » qui ressemblent étrangement aux allah ouakbar du muezzin (il a l’oreille fine michooco !). Les étirements terminés, il se redresse fièrement, se frotte les main et souffle un bon coup. Quel boulot quand même ! ET sa petite vie reprend son cours, en un battement de cils…

Bon, pour le sens de l’orientation, ça reste à revoir car pour l’instant la Mecque se trouve de tous les côtés !

20131025_171936

michoco, 10 mois, avec un « tonton »

Quand on rend visite à des gens, j’ai le droit à des sourires gratifiants et des bénédictions par milliers, vous ne pouvez même pas imaginer à quel point les gens sont fiers de voir ce petit garçon attraper leur tapis et prier spontanément et chez eux en plus ! C’est comme s’ils recevaient un million de bénédictions d’un coup. Peut-être qu’en le faisant passer pour un grand marabout, on pourrait en profiter pour se remplir les poches ?!!!??  Ben quoi ??!!?…

Si grand choco est là, c’est 15 minutes de paix royale assurée pour moi. Il reste sagement assis sur son tapis, accompagne chacun de ses mouvements, partage son chapelet et l’aide même à replier le tapis à la fin. Ils sont tous les deux calmes, apaisés (suffisamment rare pour le faire remarquer !). C’est devenu leur petit rituel du matin d’ailleurs quand grand choco est là……………. et qu’il se réveille à des heures où michoco est réveillé…………………..20121020_224348

Qu’ils continuent à partager ce moment d’intimité et de complicité encore longtemps, un moment qui n’appartient qu’à eux.

C’est ma prière pour mes deux hommes ce matin !

Je vous laisse, vais préparer des endives… au JAMBON pour ce midi ! Ben quoi ??!!?…