16 mois

J’avais préparé un article pour les 15 mois de michoco. Puis faute de temps je ne l’avais pas publié. Je m’étais dit : « pas grave, je le garde au chaud pour ses 16 mois !’

Ah, la bonne blague !

J’ai réouvert l’article, il comptabilisait ses siestes, les mots qu’il dit, ce qu’il mange, ses petits rituels.

Inutilisable…

Tout a changé, si vite, si fort.

J’ai l’impression d’avoir laissé cet article en suspens depuis plus d’un an ! C’était il y a un mois seulement et déjà je ne reconnais plus ce michoco de 15 mois…

Et dire qu’un jour les mois se transformeront en années, que ce ne sera pas 15 ou 16 mois, mais 15 ou 16 ans…

Je vous laisse, je retourne vite vite profiter de lui, à fond, plus fort, encore et encore, plus plus, toujours, et plus mieux !

 

20140421_163218

14 mois

20130205_100741_resized

Neuf mois dans mon ventre (enfin 8 et des poussières), et 14 mois de plus dans ma vie.

Aujourd’hui tu as 14 mois…

Déjà !

Chaque jour qui passe j’ai l’impression qu’un ange passe dans mon sommeil et efface tous mes souvenirs, les bons comme les mauvais.

J’ai oublié quand tu étais en moi. Je me souviens à peine de tes coups de pieds, de tes fesses qui venaient me compresser les côtes, de mes mains posées en permanence sur mon ventre. J’ai oublié ta naissance, j’ai oublié tes sourires aux anges, tes petits ongles qui te griffaient le visage, tes premières couches, ton premier bain.

Quand je tiens un bébé plus petit que toi ou un nouveau né tout frais, c’est comme si c’était la première fois, alors qu’il n’y a que quelques mois, c’était toi qui faisait cette taille, ce poids.

Quand je lis un article sur un bébé plus jeune, les souvenirs reviennent, mais ils sont si lointains déjà.

J’ai oublié tes doigts « zébrés » avec les phalanges du haut plus foncés que le reste de ta main, mon petit afri-péen. J’ai oublié tes tétées interminables, tes premiers repas, tes premiers arreuh, tes hurlements inconsolables, tes sommeils si chaotiques, tes premiers fous rires, ton premier Pa-Pa, ta première dent qui a mis si longtemps à venir, tes premiers quatre pattes. Et bientôt je sais que j’oublierai tes premiers pas.

Depuis que tu es né, le passé est derrière, l’avenir est devant et je ne pense qu’au jour présent. Je profite de toi chaque jour, au jour le jour.

Il me reste quelques sensations, quelques moments gravés mais j’aimerai tout garder en moi, chaque souvenir, chaque instant. Ils sont si diffus, et le présent est si présent.

En même temps le mauvais aussi s’évapore avec le bon et une évidence : tu es toujours prêt de moi.

Tu es un magicien mon tout petit bonhomme déjà si grand.

13 mois !

Il y a 13 mois, tu étais dans mon ventre. 20140120_101951
Aujourd’hui je te tiens contre moi et me demande comment c’était possible…
Tu es si grand, si beau !
Je suis si fière d’être ta maman ! Mon tout petit déjà grand…
Comment imaginer la vie sans toi maintenant ?

13 choses que j’aime en toi (parmi tant d’autres !)

1. Tu glisses ta tête contre mon cou pour un petit câlin du matin qui dure 1, 5, 20 minutes avant de commencer la journée.

2. Tu passes la tête dans le salon et cours en rigolant pour venir te jeter dans mes bras.

3. Quand tu te réveilles de la sieste, je t’entends m’appeler : MA-MAN, MA-MAN, tu files dans notre chambre et attrapes la photo de ton papa qui trône sur la table de chevet et me l’amènes fièrement en disant PA-PA.

4. Tu vas chercher mes chaussures pour me signifier que tu as envie de sortir et attrape les chaussons à tes pieds si je te dis : « on va mettre les chaussures ? » Tout ce que tu comprends, tu me le montres avec tes doigts, des sons, ta bouille.

5. Tu fonces à la table où sont posés les biberons en me dit « Tê-tée ». Si j’attrape le biberon, tu fonces alors vers le canapé où se trouve la boîte de lait et essaies de la verser toi-même dans le biberon. Quand tu as fini tu me tends le biberon vide après avoir toi-même remis soigneusement le capuchon sur la tétine.

6. Tu dandines tes fesses et tapes du pied pour danser devant les comptines de youtube. Tu rigloles tout seul, tu es heureux.

7. Tu donnes le ticket du pain que je te confie au gardien et me fais bye-bye pour bien que faire comprendre que c’est entre lui et toi, te diriges vers la porte et vous partez pour la boulangerie.

8. Tu hésites entre le bruit du chien et celui du cheval quand tu vois les images du lion et du mouton dans notre livre « le lion rouge rugie » (bon… même la nounou ne l’a pas reconnu, maintenant elle l’appelle le lion rasta et tu rigoles !)! Mais tu adores les chiens, les chevaux, les moutons, les chats, les oiseaux, les fleurs, les voitures, les avions et les camions que nous croisons dans la rue, même si tu deviens un peu plus méfiant maintenant si l’on s’approche de trop près des chevaux et des moutons… C’est « je t’aime, moi non plus ! » Tu reconnais leurs sons de loin, tu imites tous leurs bruits.

9. Tu ouvres tes livres, mes livres, toute documentation qui passe sous tes yeux et les consulte avec le plus grand sérieux, reconnais les images que tu connais, les gens, les bébés, les animaux, les objets. Tu commentes tout seul, relèves la tête, soupires. Quel boulot d’être un bébé…

10. Tu arrives chez l’épicier comme chez toi, tu passes directement derrière le comptoir et attrapes tous les pains que tu trouves sur l’étagère.

11. Tu tends les mouchoirs à tes poupées, tes nounours, tes girafes, aux autres pour que tout le monde se mouche, sauf toi !

12. Tu attrapes les plus gros objets que tu trouves dans la maison, passe des heures (bon d’accord des minutes !) à les trimballer d’un coin à l’autre, viens chercher des marmites, des pots, des cuillères, fais ta tambouille, retourne attraper du linge, des sauts, frottes les meubles, un vrai petit déménageur d’intérieur…

13. Tu  t’approches des enfants que tu croises avec un large sourire pour leur serrer la main, comme un grand, et commences à babiller ou jouer avec eux selon la situation, même s’ils font 3 têtes de plus que toi !

Aujourd’hui tu as 13 mois. Mon cœur est rempli d’amour pour toi, je me demande comment il fait pour ne pas exploser, mais non, il tient bon, et grandit au fur et à mesure que tu grandis !