Livre

Encore une de ces satanées coupures d’électricité…

A Dakar, elle le sait bien, aucun quartier n’est à l’abri d’une coupure. L’électricité peut aussi bien revenir dans 3 minutes que dans 12 ou 15 heures. Ne pas savoir à quoi s’attendre, c’est peut-être ça le plus dur à vivre.

Plus d’internet et la batterie de l’ordinateur qui rendra de toute façon bientôt l’âme. A tâtons, elle part dans la cuisine récupérer les bougies conservées toujours à la même place, sur une étagère de la cuisine. Question d’organisation.

Elle sourit intérieurement, ces gestes deviennent de moins en moins réguliers, de moins en moins fréquents. Soyons honnêtes : depuis quelques années la situation s’améliore considérablement. Elle touche du bois en pensant à cette autre époque qui n’est pourtant pas si lointaine.

Les voisins viennent de trouver leur torche, le faisceau lumineux pénètre jusqu’à ses fenêtres puis les conversations reprennent au rez-de-chaussée comme si de rien était. Elle ne les rejoindra pas, comment faire avec son petit qui dort dans la pièce d’à côté ?

Elle attrape son livre du moment. Toujours dans ces pensées, elles se remémorent les soirées passées à décrypter le fil des pages à la lueur de la bougie…

La  flamme dansait au rythme de la légère brise qui passait à peine à travers les mailles de la moustiquaire. Bercée par cette danse, elle finissait par sombrer bien vite dans les bras de Morphée, réveillée en sursaut quelques heures plus tard par la sonnerie d’activation des appareils électro-ménagers ou par le néon criard du couloir.

Plus besoin de bougies pour lire maintenant, quand elle ouvre la couverture de son livre, l’écran s’allume tout seul.

Elle ne pensait ne pas s’y faire. Elle s’imaginait que le bruit, le toucher, l’odeur d’un « vrai » livre lui manqueraient, que la sensation d’avancer dans le voyage au fur et à mesure que les pages passent d’une main à l’autre aussi. Mais c’est en fait un vrai plaisir,  toujours le même : celui de la lecture, de la détente, de l’évasion, celui des mots et des histoires.

Mine de rien sa liseuse occupe désormais toute la place sur sa table de nuit, dans son sac à main ou son sac à dos, et contient tous ses livres.

Pour Noël elle lui a même offert un petit relooking en choisissant une jolie housse de protection, histoire de se donner envie de l’ouvrir plus souvent que son blog, histoire de retrouver le plaisir de lire dans l’intimité de la nuit, même quand il y a du courant ;-)

20160103_165917_resized

Voilà ma participation au projet 52 de Ma’ sur le thème du livre, retrouvez les autres ici !