Note pour plus tard………………… #8

20141007_144523_resizedBourrer son congélateur à bloc, c’est bien.

Penser qu’en congelant les aliments vont prendre du volume, c’est mieux !

Résultat des couses… Je ne peux plus ouvrir les portes de mon congélateur, remplies de morceaux de Tabasco Ier, notre mouton de la Tabaski.

Ça m’apprendra à vouloir garder des cadavres découpés dans mon congélateur…

Note pour plus tard………………… #6

20140922_213953_resizedArrêter de m’entêter à vouloir gérer de paire une casserole sur le feu et des appels téléphoniques…

ça finit toujours en eau de boudin :

ça brûle,

ça sent mauvais,

des heures pour récurer la casserole,

et dégoûtée, je finis par aller le coucher le ventre vide…

:-(

 

ps : je poursuis toujours le défi positif…
1- cette fois au moins je n’ai pas mis le feu à ma cuisine !!!
2- pas de repas ce soir = un gâteau au chocolat en dessert pour demain midi ;-)
3- l’odeur du brûlé va chasser les moustiques pour cette nuit…

Granitez votre été !

L’été touche à sa fin… mais je table sur un merveilleux été indien pour toute la planète. Oui, vous le ne saviez peut-être pas, mais je suis météorologue à mes heures perdues !! Alors comme le veut l’adage « mieux vaut tard que jamais »… voici ma modeste contribution aux [rendez-vous des bébés gourmands #1 : recettes d’été] organisés ici par le blog gourmand de Bergamote Family !

 


Granité melon/pastèque de 1 à 122 ans et 164 jours voir plus !


 

C’est une petite idée toute simple pour recycler au choix :

. ce melon dont vous rêviez mais qui une fois ouvert s’avère sans saveur et que vous hésitez à jeter directement au fond d’une poubelle de votre bac de compost
. la moitié de l’énorme pastèque sur laquelle vous aviez craqué, mais là, la pastèque, vous n’en pouvez plus !
. ce melon jaune qui traîne au fond de votre frigo (vous n’aimez pas le melon jaune, mais il y a en a pourtant bien un qui traîne au fond de votre frigo…)

20140827_132626

Pour réaliser cette recette, il vous faut :

. un fruit gorgé d’eau (melon, pastèque, melon jaune…)
. un peu de sucré (personnellement je mets du miel, ça donne vraiment un goût super à la recette, mais je suis sûre que ça doit être bon avec du sucre, du sirop d’agave ou autre)
. en option : quelques feuilles de menthe, basilic, sauge, etc. selon vos envies (et surtout selon de ce que vous avez sous la main !)
. une fourchette (si vous n’avez pas de fourchette chez vous, j’en suis désolée, mais cette recette n’est pas pour vous !)

 

Maintenant que vous êtes prêt(e)s, vous pouvez :

  • Découper votre fruit en gros cubes,
  • Retirer les pépins si nécessaire
  • Mixez les cubes avec le miel et les aromates (là c’est selon vos goûts et vos envies !),
  • Verser votre « soupe » dans un ou plusieurs plats assez grands pour que le liquide fasse une épaisseur de 2 centimètres maximum (ça aidera à la formation de votre granité),
  • Placez au congélateur,
  • Après 2-3 heures de congélation, grattez votre soupe congelée avec une fourchette pour obtenir le granité, renouvelez l’opération quelques heures plus tard (pas la peine non plus de vous réveiller en pleine nuit pour gratter le granité, hein ?!)
  • Réserver dans n’importe quelle boîte plus pratique pour vous car votre granité a pris et ne bougera plus (sauf si vous devez supporter en permanence des coupures d’électricité et autres délestages intempestifs qui mettent en péril tous les ingrédients présents dans votre congélateur. La fonte du granité est d’ailleurs un très bon indicateur de rupture de la chaîne du froid, ggggrrrrrr…).
  • Dressez juste au moment de servir.

Rafraîchissement garanti pour toute la famille !

 nb : en plus d’être un dessert light, bon et original, c’est aussi, et en toute saison, un remède radical en cas de poussée dentaire de vos bébés ;-)

la main à la pâte

Pour ses 20 mois, Michoco a réalisé son premier gâteau (avec l’aide bienveillante de sa petite yaye préférée bien sûr !)

Jour de pluie oblige, il fallait trouver une activité « d’intérieur » pour Michoco. ça tombe bien, j’avais prévu de faire un gâteau. La mousse au chocolat réalisée avec sa mamie chic cet été avait été un vrai succès, alors pourquoi pas ?!

Ni une ni deux, quand je l’appelle, il arrive en courant et grimpe sur la chaise que je lui ai installé près du plan de travail.

20140823_110902Il a aimé :

. appuyer sur le mixeur pour battre les œufs en neige (même s’il dit qu’il a eu peur du bruit, depuis qu’il dit le mot « peur » tous les bruits lui font peur…)
. mettre ses doigts dans les blancs en neige pour les goûter (oui, c’est moi qui lui avait appris quand on a fait la mousse au chocolat, et il n’a pas oublié, hihi !!)
. mélanger les blancs avec la préparation
. beurrer les moules (et manger du beurre au passage…)
. transvaser avec une cuillère la pâte dans les moules (délicatement s’il vous plaît !)
. verser les petits bouts de pommes (même si avec toute la bonne volonté du monde il a aussi versé une pomme entière non épluchée dedans !)
. manger des petits bouts de pommes en douce
. faire la vaisselle
. entendre la sonnerie du four retentir à la fin de la cuisson
. offrir le gâteau à nos hôtes et dire « moi ! » quand on lui a demandé qui l’a préparé !

I20140823_111714l n’a pas trop aimé :

. goûter la pâte, mais après l’expérience de la mousse au chocolat, je pense qu’il a été déçu que ça n’ait pas le goût de chocolat ! (tant mieux y’en avait plus pour moi, ah ah !)
. que j’ouvre la porte du four, le bruit lui a fait peur et la chaleur lui a rappelé que c’était dangereux, il s’est vite écarté (et bien moi je dis : tant mieux !)
. se rendre compte qu’on ne pouvait pas manger les gâteaux à la sortie du four car ils étaient bouillants :-(

20140823_112011Mes petits conseils pour cuisiner avec bébé…

. choisir un moment propice où vous êtes disposé(e) à partager cette activité avec lui, et où lui aussi est disposé (pas un moment où il est fatigué ou énervé…) ; la cuisine c’est avant tout du partage !
. préparer tout ce dont vous avez besoin à l’avance, une fois une main sur la farine, l’autre sur le saladier, votre bébé debout sur une chaise, un couteau tranchant pas très loin de lui, la moitié de la pâte qui dégouline le long des portes de cuisine, le pied sur votre appareil photo pour immortaliser le moment, il sera compliqué de vous éloigner, ne serait-ce que d’un mètre !
20140823_112537. Si vous n’avez pas envie que vos emballages (sachet de farine, pot de sucre, bouteille d’huile…) ne soient complètement pourris en fin d’activité, pesez et réservez vos doses dans des petits bols en plastique qui se laveront facilement
. ça peut paraître évident… mais je le rappelle quand même car c’est vrai aussi pour les bébés : la cuisine ça commence toujours par se laver les mains ;-)
. Selon son âge et sa capacité de concentration, réfléchissez à des façons de pouvoir écourter l’activité ; Pour ma part, je trouvais bien qu’il assiste à toutes les étapes : confectionner la pâte, beurrer les moules, verser la pâte, cuire. J’avais donc déjà préparé la pâte en grande partie, il restait à intégrer les blancs en neige, les pommes à ajouter dans le gâteau étaient une option et du coup on a même eu le temps de faire la vaisselle !
20140823_112751. Protégez-le et protégez-vous ! Tablier pour moi, Michoco était tout nu et comme je voulais qu’il sente qu’on faisait la cuisine, j’ai inventé un tablier avec un torchon attaché autour de sa taille.
. Montrez-lui le geste approprié pour chaque étape et laissez-le faire au maximum sans intervenir pour lui reprendre la cuillère des mains à tout moment. Faites lui confiance, vous serez étonné(s) par ses capacités ! Pour m’aider dans cette étape j’avais prévu les ustensiles en double, un pour lui, un pour moi, comme ça j’étais occupée au lieu de l’embêter !
. Gardez une linge mouillé sous la main, ça sera toujours pratique pour l’essuyer rapidement, notamment si l’idée lui prenait de se frotter les yeux ou de se gratter la tête avec la main pleine de beurre ou de pâte, hum hum….
. Prévoyez un quart d’heure, une demi-heure supplémentaire derrière l’activité (où vous aurez casé votre bébé ailleurs !) pour remettre la cuisine en ordre…

20140823_114556Petit bilan

. Le gâteau était délicieux !
. Je me suis bien amusée et je crois que Michoco aussi !
. Etonnamment notre atelier cuisine a été très propre, Michoco s’est montré appliqué et méticuleux, il était fier et concentré. Du coup pas de pâte au plafond, pas de n’importe quoi, c’était vraiment cool !
. J’aimerai cuisiner tous les jours avec Michoco mais j’ai mangé les 3/4 du gâteau, on va donc espacer les séances de cuisine…

 

La sulfureuse lotte

Vous allez me prendre pour une quiche ou bien une belle andouillette, mais je viens de découvrir une toute nouvelle technique culinaire !

Alors d’accord, je n’ai pas inventé la poudre, mais cette semaine j’ai décidé de me réjouir de tout et surtout de ces petits riens qui remplissent mes journées. Et puis face à Michoco qui fait toujours « non non non », la positive attitude est plus que jamais de rigueur ! Moquez-vous, marrez-vous, enthousiasmez-vous, la technique du jour est……….

tadam, roulements de tambours, ouvrez vos papilles, re-tadam……….

la cuisson sur poêle avec papier sulfurisé

ouaaaaah, bravo, bravo, clap-clap, applaudissements de la foule en délire 

20140317_12521120140317_125456Je regardais mes beaux petits morceaux de lotte. Marre du panier vapeur, marre des papillotes, envie que ce soit grillé… mais pas que ce soit tout émietté, à moitié cramé au fond de la poêle non plus…

Dans la peau d’une top chef, 20140317_13055520140317_130100je me sens pousser des ailes, prends la poêle d’une main, ouvre le placard avec un pied, fais tournoyer le ciseaux autour d’un doigt (de l’autre main que celle qui prend la poêle sinon ça n’allait pas tournoyer). Mes cheveux virevoltent au vent, mes yeux papillonnent, le gaz s’allume tout seul. Bref, vous visualisez la scène ?!

Ni une ni deux, je découpe un morceau de papier sulfurisé à la taille de ma poêle, un filet d’huile en dessous, un autre au-dessus, j’y dépose mes morceaux de poisson et ça marche !

A feu doux, en quelques minutes mes morceaux de lotte ont cuit, doré, grillé, pris le goût de mes graines de cumin, sans rendre 3 litres de jus, et le tout sans attacher s’il vous plaît !

Romanesquement vôtre

romanesco

Jolie redécouverte : le chou romanesco !

La première fois que je suis tombée nez à nez avec un chou romanesco, je suis restée subjuguée par la beauté des choses de la nature et de la vie (il m’en faut peu, mais quand même, c’est bizarre, c’est beau, pour un chou !).

J’avais alors, après des heures d’observation sous toutes ses coutures, et avant de me décider à le cuisiner, fais une enquête sur le net.

Je m’attendais à un nom latin, de vagues origines romaines et quelques infos sur les périodes et lieux de culture et j’ai eu droit à un vrai cours de mathématiques de Wikipédia. Accrochez vous :

« […] est constitué d’un ensemble de « florettes » pyramidales disposées en couronnes spiralées. Sa forme géométrique (dite fractale) est très particulière et décorative. Une coupe longitudinale effectuée dans un chou Romanesco a la même structure que celle effectuée dans un chou-fleur ou un brocoli (inflorescence en grappe composée de grappes secondaires et tertiaires). Les fleurs restent méristématiques comme chez le chou-fleur (var. Bothrytis) et ne se développent pas au moins lors de sa commercialisation comme chez le Brocoli (var. italica)1. La coupe longitudinale d’un chou Romanesco montre l’arborescence des différents niveaux de l’inflorescence. La disposition des bourgeons floraux en spirales régulières illustre les lois de la phyllotaxie.Un examen attentif montre que le nombre de spirales orientées dans le sens des aiguilles d’une montre et le nombre de spirales orientées en sens inverse sont deux nombres de la suite de Fibonacci. De plus sa géométrie autosimilaire fait qu’il est souvent cité comme un exemple de fractale naturelle.

Ça vous fait une belle jambe, hein ? Moi je n’ai RIEN compris…

En tout cas, toujours aussi chou le romanesco et très bon !

Vous voulez savoir ce que celui-ci est devenu ?

Un délicieux sauté de romanesco, petits lardons et riz à la crème d’avoine, dégusté encore chaud, le nez au soleil et les pieds dans la neige ! Miam…