Les dragons-dinosaures débarquent !

Toujours pas d’info sur la date du carnaval à l’école de Michoco, mais nous avons préparé un costume pour « petit I » qui fêtera aujourd’hui le carnaval dans sa garderie (mardi-gras aura lieu officiellement le mardi 9 février cette année).

Ce week-end, c’était donc atelier cousette à la maison, et comme Michoco a complètement adhéré au thème, il a bien entendu voulu lui aussi son costume !

Voilà nos tenues de dinosaure / dragon (au choix de la personne !) :

Nous avons utilisé : 1 gilet à capuche, du tissu et des chutes de différentes couleurs, une paire de ciseau, des aiguilles et une machine à coudre.

20160130_124601_resized20160130_124513_resizedNous avons simplement découpé des losanges que nous avons cousu sur toute la longueur du gilet et de la queue pour former les pics.

 

 

20160130_124611_resized20160130_124526_resized20160130_133007_resizedNous avons ensuite rembourré et refermé les losanges sur eux puis cousu et rembourré la ceinture-queue.

 

 

20160130_150748_resized20160130_152151_resizedNous avons ajouté les dents sur tout le tour de la capuche ainsi que les yeux juste au dessus.

 

 

 

Et voilà le résultat ! ça vous plait ?!

20160130_204928_resized20160130_150825_resized

20160130_152122_resized20160130_152704_resized

 

 

 

 

 

 

Pour ma part, j’adore l’idée que l’on puisse retirer la queue, rabaisser facilement la capuche, car il n’est pas toujours évident pour un enfant de moins de 2 ans de garder un déguisement sur le dos pendant plusieurs heures… Michoco lui n’a pas voulu quitter le sien de la journée !

20160130_152746_resized

D’ici à ce que la fête à l’école soit annoncée, Michoco aura peut-être l’idée de se déguiser en pirate, chevalier, magicien ou docteur (thèmes évoqués ensemble), mais on s’est bien amusé ! Et s’il veut garder ce costume de dinosaure/dragon, nous rajouterons peut-être des griffes aux pieds et aux mains pour les finitions…

20160130_152405_resizedSachant qu’il a déjà voulu customiser sa queue d’une pierre magique (dénichée à la mercerie locale grâce aux préparatifs pour notre prochaine cousette de carnaval, plus girly cette fois : thème papillon ! à suivre…)

 

Qu’avez-vous prévu comme déguisement chez vous ?

Pancakes

20160117_093825_resizedCette recette est juste parfaite. Elle nous vient de ma source d’inspiration culinaire préférée : mamancadeborde.com.

J’ai juste divisé les quantités de sa recette par 2 pour une dizaine de pancakes : 2 pour michoco et 8 pour moi… c’est déjà plus que bien assez !!!!!

 

Nous en préparons très régulièrement, pour le petit déj du dimanche, mais pas que… et Michoco adore mettre la main à la pâte, bien entendu !

Alors voilà… je ne vais pas vous faire mariner plus longtemps. Pour de délicieux pancakes, il vous faudra :

    • 3 œufs
    • 1 sachet de levure chimique
    • 175 g de farine
    • 2 cuillères à soupe de sucre
    • 100 ml de lait
    • 3 cuillères à soupe d’huile de tournesol
    • 1 cuillères à café rases de sel
    • un peu de beurre pour la cuisson

Battre les œufs, verser le lait, ajouter le sucre.

Puis verser au fur et à mesure la farine, la levure et le sel, en enfin l’huile en battant énergiquement.

Faire chauffer la poêle en la beurrant légèrement puis verser la pâte à pancakes à la louche.

Quand de mignonnes petites bulles remontent à la surface, les pancakes sont prêts à être retournés, poursuivre la cuisson 1 à 2 minutes et renouveler l’opération jusqu’à ce que vous ne puissiez même plus lécher le saladier !

Après plusieurs recettes testées, j’ai immédiatement adopté celle-ci, gonflés, sans être bourratifs, légers sans être trop poreux, le dosage est à mon goût parfait !

20160124_093236_resizedLa variante michoco : incorporer du cacao dans le mélange avant la cuisson

La touche canadienne : arroser de sirop d’érable (comme on n’en manque pas pour les raisons que j’évoquais ici, on ne se prive surtout pas !)

Bon appétit bien sûr !

Tête de pastèque

20151031_192039ça n’empêche pas Michoco de me parler chaque jour de Noël (gggrrrr…) mais depuis 2 semaines nous avons été invités à une fête d’halloween et visiblement Michoco a bien intégré le concept : fête, déguisement et bonbons !!

Il en a parlé à chaque personne croisée au fin fond de la brousse. C’était assez cocasse, le sens  du mot halloween et le personnage de Spiderman ayant quelque peu échappé à ses interlocuteurs, mais ça n’a entaché en rien son enthousiasme !

Et dire que l’année passée je proposais à Pomdepin d’évider des bananes plantains pour faire des lanternes… tout ça parce qu’elle cherchait à nous embrouiller avec les traditions ancestrales de lanternes creusées non pas dans des citrouilles mais dans des navets (articles très intéressants ici et ). ça m’a fait réfléchir à l’inexorable adaptation des traditions à leur époque et à leur milieu, et j’ai décidé cette année pour honorer cette invitation de faire couleur locale, ce qui tombe très bien puisque sous mon nez : j’ai des tonnes de pastèques !!!

Donc pour notre première fête d’halloween, ce sera « Tête de pastèque, chaire fraîche et son jus sanglant » !

Très rafraichissant vu les températures locales et bien plus pratique à vider, il faut bien l’avouer, qu’une citrouille (ou qu’un navet pour les puristes !).

Accompagnés de crêpes monstrueuses (nous avons saupoudré de sucre glace les crêpes sur lesquelles nous avions déposé des caches en papier pour les yeux, la bouche…), on s’est bien amusé et c’est bien là l’essentiel d’une fête, non ?!

Joyeux halloween !

 

son circuit automobile

Nous n’avions pas de tapis pour jouer aux petites voitures.

ça ne nous a jamais empêché de nous amuser, inventant mille parkings autour de parcours et de courses improvisés !

Il faut dire que l’on se fait tellement remarquer à l’aéroport au moment de chaque transhumance vers l’hémisphère sud avec nos 52 valises pesées au gramme près, qu’on aurait eu l’air fins à l’embarquement avec un rouleau de moquette sous le bras…

Peu importe… nous avons désormais notre propre circuit automobile !

Une feuille grand format, une heure à tuer, l’imagination débordante de Michoco, et mon talent artistique hors du commun (remarquez, à force de m’entraîner, et sans vouloir me lancer des fleurs, je trouve que je fais vraiment bien les bulldozers et les pelles-mécaniques !!).

Michoco a participé en traçant les premières routes mais il s’est vite transformé en dictateur autoritaire conducteur de travaux affirmé pour que maman mette en forme une ville à la hauteur de son imagination :

IMG_20151009_193149

. des parkings, plusieurs parce que c’est « pratique » pour se garer,
. un chantier avec un tas de sable (« tu sais maman, on a toujours besoin de sable sur un chantier »), un bulldozer, un camion-benne et une pelle-mécanique versant le précieux sable (je ne voudrais pas avoir l’air d’insister, mais mes engins de chantier sont vraiment réussis !),
. une caserne de pompiers (il m’a rappelé, histoire de trouver une bonne excuse pour sortir de son lit une fois couché…, que nous avions oublié de dessiner les flammes de l’incendie, ce n’était pas faux, mais c’était l’heure de dormir… au lit !)
. la police attaquée par des bandits-policiers en casquette (je n’ai pas tout compris mais j’ai essayé d’être fidèle à la description, ça a eu l’air de convenir à mon chef…),
. un aéroport avec une tour de contrôle qui est ouverte jour et nuit, une piste d’atterrissage et de décollage, des voyageurs, leurs bagages, un avion avec une porte et un escalier pour monter, un pilote dans la cabine (l’avion, il maîtrise ! Il faut dire que son père passe sa vie dedans et que nous avons bien donné aussi entre Dakar-Hong Kong aller-retour en mai et les vacances d’été),
. un parc pour se promener (il ne m’a pas précisé si le parc était ouvert jour et nuit, il faudrait que je pense à lui poser la question pour fignoler les barrières d’accès…)
. et un zoo contenant 1 lion, 1 lionceau, 1 lionne s’appelant Nala (comme c’est bizarre, on vient justement de lire le roi lion !), 2 éléphants et 2 girafes.

Je n’ai pas eu le temps de lui demander s’il voulait autre chose (il ne m’a pas parlé de la mer, de l’école, du supermarché qu’il affectionne tant dans la vraie vie), mon idée de construire des maisons ne lui a pas semblé opportune (bah tant pis, on dormira dans la voiture !), bref il était déjà trop occupé à faire circuler ses bolides.

Et puis ce qui est bien avec la version papier du circuit automobile, c’est que l’on peut tout déchirer et recommencer !

ps : pourvu qu’il ne me demande pas un circuit automobile avec des chevaliers, des dragons et des Spiderman la prochaine fois, déjà que je suis nulle en petites voitures…

One-Pot-Pasta

Sur une inspiration de maman ça déborde qui met toujours plein d’astuces et de magie dans sa cuisine, je me suis lancée dans la réalisation d’un « One-Pot’Pasta » ! (son blog est , sa recette : ici !)

Je pense que vous aurez compris le concept : on met tout dans la marmite, on attend (en remuant de temps en temps), et on mange !

Les avantages : rapide à préparer, moins de vaisselle à la fin et pas de multiplication des préparations. Si en plus c’est délicieux, c’est que du bonheur !

Pour faire un « One-Pot’Pasta », il faut donc être un peu magicien… Dans votre marmite vous mettez ce qui vous fait envie / ce que vous avez sous la main !

IMG_20150619_092536Le mien était composé de :

. 500gr de penne au blé complet
. 1 courgette
. 1 aubergine
. une vingtaine de tomates cerises
. des oignons nouveaux
. un oignon rouge
. un verre de coriandre ciselée
. 2 cubes de bouillon maggi
. 1 litre d’eau

 

J’ai détaillé les légumes, émincé les oignons, versé tous les ingrédients, les pâtes et l’eau dans un grand faitout et laissé mijoter à couvert pendant 15 minutes en remuant de temps en temps. Plus simple tu meurs…

IMG_20150618_222756Comme l’avez bien conseillé Maman ça déborde, il vaut mieux rajouter de l’eau en cours de route que devoir égoutter à la fin. Même si ça vous paraît peu, suivez les quantités indiquées ! Les pâtes au blé complet, penne de surcroît étant plus épaisses et longues à cuire que des spaghettis, j’ai ajouté un peu moins d’un demi litre d’eau bouillante en milieu de cuisson (bouillante pour ne pas couper la cuisson) et fait cuire environ 15 minutes supplémentaires, tout dépend de vos pâtes et dans tous les cas pensez à remuer régulièrement pour que votre recette n’attache pas au fond !

 

Le résultat :

Très différent d’un plat de pâte classique ! Pour vous donner un exemple, c’est aussi différent qu’un riz basmati agrémenté d’une sauce et un risotto !

Je ne suis pas très fan des bouillons de cube habituellement, mais pour cette recette on pourrait vite avoir l’impression que c’est fade sans ajout des cubes puisque les légumes sont justes bouillis. Pour les plus courageux (ou les plus réfractaires aux additifs), la bonne idée pourrait être d’utiliser son propre bouillon bien relevé à la place de l’eau + cubes.

Texture très fondante, goût parfait, un vrai régal !

Je suis sûre que ça va vous donner des envies pour ce week-end… Bon appétit :-)

(je rajouterai la photo du plat final dans l’après-midi, j’ai oublié de prendre mon plat d’hier soir en photo, mais il en reste !)

Last call for…

IMG_20150425_102950

Nous prenons l’avion ce soir avec Michoco pour une destination inconnue…

Nous avons eu nos billets d’avion hier soir, autant vous dire que nous partons pour 15 jours en total free style !

Devinez où nous allons !!?!

un indice : nous passons par la France mais ce n’est pas notre destination finale…

à gagner : un souvenir local pour celui qui trouvera :-)

Réponse la semaine prochaine… (sûrement lundi pour ceux qui nous suivent sur instagram : petite_yaye !)

Plaisir d’offrir

En voilà une bonne idée…

Vous faire plaisir comme ça quand j’en aurai le temps, quand j’aurai envie de vous surprendre, quand j’aurai une idée vous correspondant, quand vous vous y attendrez le moins, quand vous aurez même oublié que vous avez participé…

Juste par plaisir d’offrir !

stickers-arbre-fleurie

Le fil rouge m’a été transmis par la casa di catwoman :

Les 5 premières personnes qui commenteront cet article recevront, au courant de cette année, une surprise de ma part – quelque chose fait maison, de la cuisine maison, une carte postale, ou une autre surprise !
En tout cas rien d’acheté…
Sans avertissement, et ça arrivera quand j’en aurai envie, na !

Le hic ? Ces 5 personnes devront en contrepartie faire la même offre et répandre ainsi de la joie autour d’elles ! Il suffit de copier ce texte et de le placer sur votre blog ou sur votre Facebook, ou sur une petite annonce scotchée sur la porte de votre boulangerie ;-)

5, 4, 3, 2, 1, c’est parti les kikis !

 

L’image vient d’un vendeur de sticker si vous cherchez des idées déco pour les murs de votre maison !

Chaud devant !

La fête du carnaval aura lieu un peu en décalé à l’école de Michoco pour correspondre avec la fête de début de leurs vacances scolaires.

Mon petit bonhomme de trois pommes (c’est le plus petit de l’école, pas en taille, mais en âge !) a une idée fixe ; depuis début janvier où ils ont commencé à parler de carnaval à l’école, il n’a jamais changé d’idée… : POMPIER !

La majorité des petits sénégalais ont déjà fêté le carnaval et les déguisements étaient surtout des panoplies achetées toutes faites ou des costumes taillés par des couturiers de métier. Pour ma part j’ai des souvenirs vraiment agréables de préparatifs de carnaval. Certes nos costumes n’étaient pas forcément les plus beaux s’ils devaient être soumis à un jury pointilleux, mais le temps passé à les confectionner en famille, la satisfaction du « fait soi-même » et l’ingéniosité qu’il fallait déployer sont d’irremplaçables souvenirs ! Autant vous dire que mon choix était tout fait pour le premier déguisement de Michoco…

Défi dans le défi… Non seulement j’ai décidé que Michoco et moi préparerions donc son déguisement de carnaval ensemble et nous-mêmes, mais qu’en plus nous nous fournirions uniquement dans le quartier. Heureusement notre quartier est très commerçant !

Je suis ravie de cette décision car elle nous a vraiment permis de nous creuser un peu la tête. Nous sommes partis à l’assaut des commerçants du quartier sans idée très précise (pour tout vous dire on a commencé à chercher une passoire rouge à la superette en guise de casque, heureusement qu’ils n’en avaient pas !!) et finalement le résultat est encore plus génial qu’espéré !

Pour notre costume de pompier nous avons pris dans nos placards :
. un pantalon bleu marine
. un gilet un peu trop grand bleu marine (pour faire effet veste)
. une paire de bottes
. un jouet téléphone

Nous sommes allés acheter :
. 1 m de ruban argenté (7,5 centime d’euros)
. 50 cm de ruban rouge (3,7 cts)
. 1 gilet de sécurité fluorescent avec bandes réfléchissantes (2 euros)
. 50 cm de tuyau d’arrosage (40 cts)
. 1 m de cordelette (15 cts)
. 1 casque de chantier (3,5 euros)
. 1 rouleau de scotch large transparent (80 cts)
. 1 rouleau de scotch noir d’électricien (30 cts)
(j’indique les prix uniquement pour faire la pub des petits commerçants de proximité sénégalais !)

J’ai également ajouté :
. des insignes de pompier trouvées sur internet et imprimées à la taille voulue (3 pour le casque, 2 pour la veste, 1 pour le t-shirt)
. un t-shirt bleu marine en cas de chaleur en cours de carnaval

Voici tout notre matériel réuni :

20150219_203819_resized

Michoco ne voyait pas trop où on allait en venir, mais il était content de passer d’une boutique à l’autre, d’autant que le premier achat a été le tuyau d’arrosage, ce qui lui a permis de s’entrainer au maniement de la lance incendie pour faire passer le temps pendant que maman tentait d’expliquer au vendeur de ruban que gris clair, gris argent et gris foncé ça n’avait rien à voir, que rouge bordeaux ce n’était pas du tout la couleur des sapeurs et que 1 et 5 cm ce n’était pas la même largeur ! Le commerçant  a gardé son sourire, tout ça pour gagner 11,2 centimes d’euros au final, pas facile la vie de commerçant… Une fois que nous avons investi dans le casque, je n’ai plus entendu Michoco, nous aurions pu partir comme ça au carnaval, lui était déjà un pompier !

Voici ce que ça donne avant customisation :

20150219_184857_resized_2

et après…

20150219_230402_resized_1

Pas de couture ou de compétence particulière nécessaire… de toute façon je n’aurais pas pu coudre puisque je n’ai plus d’aiguille dans ma trousse à couture et que les commerçants du quartier peuvent te vendre un galon argenté fantaisie perlée, mais pas d’aiguille de couture… (pour leur défense ce sont des magasins destinés aux couturiers professionnels qui travaillent exclusivement sur machine). C’est aussi bien puisque je compte récupérer nos habits de base un jour (enfin, si Michoco me laisse faire…)

Voici les grandes étapes de customisation :

1/ J’ai découpé dans le gilet de sécurité (en laissant un liseré de jaune fluo, ça fait son effet !) et scotché au double-face les bandes réfléchissantes aux emplacements souhaités.

2/ J’ai ensuite découpé et renforcé avec du scotch les écussons avant de les double-facer aux emplacements souhaités.

3/ J’ai fixé les rubans sur le casque puis sur la longueur du pantalon avec du scotch noir, ça donne un effet liseré argent/liseré noir très pro ! J’ai également crée un petit « galon » avec les chutes de ruban pour habiller une zone un peu vide de son habit.

4/ J’ai ensuite percé le tuyau pour le fixer à ma cordelette, qui servira également à attacher le téléphone/talkie-walkie du pompier au niveau de la ceinture.

5/ J’ai réutilisé les morceaux de tissus fluorescents pour faire un foulard de pompier et un protège-cou à l’arrière du casque de pompier.

Et voilà le résultat !!!

20150220_153938_resized_1  20150220_154011_resized

Trop fière de nous, en revanche impossible de prendre une photo à peu près correcte, Michoco était comme un fou, d’ailleurs il était déjà en route pour ses premières interventions dans le quartier avant la fin de la séance photo ;-)

Place à la fête !

mille et un bisous

bisou ecureuil

Des bisous, il y en a de toutes sortes et surtout pour tous les goûts !

Chez nous il y a :

les bisous classiques

les bisous dans le cou

les bisous de partout

les bisous smack : on fait bien claquer le bruit du bisou

les bisous prout : pareil que les smack mais avec le bruit des prouts

les bisous esquimaux (rebaptisés bisous clown par Michoco) : on s’embrasse en remuant le bout du nez contre celui de l’autre

les bisous papillons : les cils papillonnent et s’embrassent

les bisous poisson : bab bab bab

les bisous éléphants : la pointe du doigt comme une trompe d’éléphant vient s’agiter sur le nez, la bouche de l’être à embrasser

les bisous lapinou : les joues aspirées pour créer une bouche de lapin

les bisous cocotte : qui picorent la partie à embrasser

les bisous cul-de-poule : la bouche pincée bien en avant

les bisous baveux : qui dégoulinent de baaaaaaave

les bisous de papi : qui aspirent toute l’oreille et mélangent bisous smack et bisous baveux

les bisous vent : on vient souffler comme une caresse sur la partie à embrasser

les bisous des africains : comme une bise mais ce sont les côtés des crânes qui se touchent

les bisous de cheveux : que c’est doux de venir chatouiller la joue, le ventre, le cou, les pieds avec la pointe des cheveux !

les big bisous : Carlos, ça ne vous rappelle rien ?!

les bisous amoureux : mais ça c’est réservé aux amoureux !

les bisous petons : les doigts de pieds s’approchent pour se faire un bisou

les bisous secrets : de tout petits bisous glissés dans le creux de l’oreille comme des secrets

les bisous volés : furtifs mais si jouissifs !

les bisous mitraillette : des rafales de bisous en veux-tu en voilà…

les bisous mobylette : brrrrrrrr, moteur allumé, c’est la vibration des lèvres qui vient chatouiller la partie à embrasser

les bisous garde à vous : se mettre au garde à vous avant de donner/recevoir un bisou

les bisous les yeux fermés : encore plus doux à donner ou recevoir

les bisous barbichette : je te tiens, tu me tiens… au lieu d’une tapette, on fait un bisou !

les bisous renifleurs : avant de faire un bisou, on vient renifler bruyamment la zonne à embrasser

les bisous qui piquent : réservés aux papas ou aux femmes à barbe

les bisous garou : qui arrivent sur vous à pas de loup

les bisous escargot : au moment de faire le bisou, sortir la langue et bien faire dégouliner !

les bisous aspirateur : on embrasse et on aspiiiiiire !

les bisous musicaux : là on l’on a placé sa bouche pour embrasser, on entonne une chanson

les bisous cajolins : les joues se font des bisous

les bisous jean-qui-rit ! on fait la moue, on fait un bisou, on sourit, etc…

les bisous spaghettis : la belle et le clochard, ça vous rappelle quelque chose ?

les bisous popotin : dandiner ses fesses contre celles à qui vous voulez en faire un

les bisous à mémé : les lèvres rentrées comme si on n’avait plus de dents

les bisous coucou : on cache son visage entre ses mains et en les ouvrant on sort un bisou, comme un coucou d’horloge

les bisous des genoux : que s’est drôle d’essayer de se toucher les genoux !

les bisous gourmands : à croquer…

les bisous planquette : caché sous la couette ou sous la serviette, on sort de sa cachette

les bisous furax : en cas de grosse colère, débouler furieux vers l’être à embrasser et lui sauter au cou/le serrer dans ses bras pour l’envahir de bisous

les bisous chaton : s’approcher de la partie à embrasser en miaulant

et bien d’autres bisous…

 

Et vous, vous aimez les bisous ? vous jouez à vous faire des bisous ? Quel est votre bisou préféré ?

 

 

Sunday brunch

20120422_145326Dans la série des petits déjeuners, après le samedi grasse mat’ (ici), voilà le brunch du dimanche… Bienvenue à l’Institut français de Dakar !

Le dimanche matin on y a nos petites habitudes…

Et oui, Michoco et moi on est comme ça, bourré de belles habitudes et de jolies routines !

N’y venez pas pour le service : vous aurez à la fois les inconvénients du service à la française (froid et pas arrangeant pour un sou) et ceux du service à la sénégalaise (lent et minimum 3-4 erreurs par commandes). Je suis un peu méchante, mais désolée… quelques mauvaises expériences me sont encore restées en travers de la gorge…

20150208_102634_resizedJe vous rassure, je suis bon public, ça ne m’empêche pas d’y retourner !

Pour la cadre surtout. Petit halo de verdure, de fraîcheur et de calme en plein centre ville, vous oublierez presque qu’on est au cœur de Dakar, au cœur du brouhaha, au cœur de la pollution, au cœur de la misère plus voyante aussi. Ici se côtoient touristes qui ont besoin de reprendre leur souffle, intellectuels et cultureux de la place et expats branchés ou en famille (l’un n’étant presque pas incompatible avec l’autre !).

20150208_114934_resizedDès le portail passé, on se retrouve dans un jardin, sur la gauche joli bâtiment colonial bien restauré qui accueille la bibliothèque de l’institut français, une salle de cinéma aussi et une longue coursive où s’accrochent toujours de belles images du Sénégal.

A droite, l’allée du restaurant. C’est en fait une agréable terrasse couverte. Avec nos températures, on peut se le permettre ! Carreaux cassés et mosaïque à gogo, nappes en wax qui changent de couleurs plus vite que des caméléons, mobilier soudé par un artiste de renom…

… le décor est planté…

Bienvenues au restaurant de l’institut français de Dakar : le bideew !

20150208_114914_resizedA l’heure où Dakar dort, à l’heure où le centre ville est désert, nous profitons deux fois plus… pas de voiture garée sur chaque centimètre carré de trottoir, pas de piétons qui s’accaparent la rue -faute de pouvoir passer sur les trottoirs, pas de marchands ambulants qui vous suivraient jusqu’en Chine pour vous vendre une paire de tongs ou une poignée de cacahuètes grillées, pas d’étales qui s’étalent de partout -comme quoi elles portent bien leur nom en semaine ! Pas de mendiants, à quoi bon tendre la main dans le vide ? Ni de policiers qui cherchent à vous impressionner pour voir s’il pourraient vous soutirer de quoi faire du thé, ou plus !

20150208_102619_resizedDe 10h à 12 heures le dimanche matin, nous avons le quartier et l’endroit pour nous…

Les serveuses ne sont pas encore en tenue, le barman est encore un peu endormi, ils installent doucement leurs couverts pour le coup de feu de midi.

20141116_105807Michoco fonce s’installer à SA table, la meilleure du resto. Celle qui offre une vue à 360 degrés sur toutes les autres, en hauteur, en angle, avec des rebords de toute part pour faire circuler ses petites voitures et des coussins partout autour pour bien se vautrer. On a l’embarras du choix pourtant… mais nous prenons toujours la même, pourquoi se priver du meilleur ?!

20150208_104522_resizedNous commandons un « brunch ». Il s’apparente plus à un petit déjeuner en réalité : œufs, pain, cake, mini-viennoiserie, confiture, chocolat, beurre, fromage, salade de fruits, jus de fruits, boisson chaude.

Quand l’équipe en cuisine est au courant du contenu du « brunch » (et envoie un plateau relativement complet), ça suffit largement à contenter notre dimanche matin !

La preuve : on ne laisse jamais une miette de pain pour les canards et les lapins que nous allons saluer dans l’arrière cour une fois repus…

Bon dimanche !