Classique

Plus qu’un classique. LE rendez-vous de la journée !

Du matin au petit soir, il ne se passe pas grand chose. Chacun vaque à ses occupations à la maison, dans les champs. Les habitations sont éloignées les unes des autres. Certains ne croiseront personne tout au long de la journée. Ou d’un salut de main de loin seulement.

Dès que le soleil commence à décliner, les jeunes ont rendez-vous au terrain pour les entraînements de football, les « moins jeunes » au « casino ».

Casino, ou clando, vous pouvez utiliser les deux. C’est le « bar » du village !

Bar est un bien grand mot puisqu’il n’y a pas de bâtiment. Ce lieu dédié a d’ailleurs plusieurs fois déménagé pour cause d’ébriété exagérée, de chipotage de familles. Il change de temps en temps d’emplacement, mais tous ses consommateurs s’y donnent toujours rendez-vous. Et où qu’il se tienne, il a toujours lieu ! Bar éphémère qui en pleine journée ne laisse aucune trace de son activité de la veille…

Quelques troncs d’arbres en guise de bancs, l’ombre des branches sert de toit. On s’assoie tous en alignement, ceux qui « entrent » au casino font le tour pour saluer tout le monde puis rejoignent un petit groupe.

Chacun ou presque vient avec son saut de 4×5.

4×5 ? faites le calcul !

Du vin de palme plus ou moins fermenté, plus ou moins chaud, que chacun s’échange, partage. Les tournées générales se passent dans le même gobelet en plastique. De grosses tasses d’1/2 litre qui passent de mains en mains. Les vapeurs montent vite à la tête !

Tout le monde fait d’ailleurs bien attention à faire circuler le contenant par la poignée car il est plongé directement dans le saut du précieux breuvage qu’il ne faudrait pas souiller…

Quelques buveurs en profitent pour vendre des cigarettes qu’ils étalent sur un minuscule tissu à même le sol. Quelques dosettes de gin aussi (conditionnées comme des mister freeze). Pour trouver les consommateurs d’alcool fort il faut souvent passer derrière une case. Si le vin se partage avec plaisir, le cocktail se consomme en comité restreint !

Au casino, on retrouve tout le village, du moins la partie chrétienne du village qui consomme de l’alcool sans complexe. Les peulhs (de confession musulmane) ne fréquentent pas l’endroit, sauf quelques conseillers élus qui profitent du regroupement. Même les chiens, fidèles compagnons, viennent s’enivrer de l’ambiance. Bien vrai que naturellement les consommateurs se regroupent par afinité, ce qui revient souvent à se regrouper par classe d’âge (les femmes âgées d’un côté, les hommes plus jeunes de l’autre…), mais c’est seulement par habitude, rien d’empêche personne de « naviguer » d’un banc à l’autre, d’un coin à l’autre du clando. C’est le moment par excellence des palabres, des transmissions d’information, des taquineries, des réunions. Une institution. Sans clando je crois bien que tout le village serait perdu ! Lieu de sociabilité de prédilection, mieux vaut tout de même passer tôt s’il s’agit d’une information importante. Pour les affaires « privées » on s’écarte de quelques mètres pour tenir de petits conciliabules, sur lesquels tout le monde tombe bien vite d’accord, le verre de l’amitié aidant. Après fermentation et consommation, les esprits s’échauffent un peu plus vite… mais toujours dans une ambiance bon enfant !

La nuit est déjà tombée sur le village, au loin le bruit de fond se poursuivra jusque tard dans la nuit, certains en oubliant même de rentrer manger… D’autres oubliant jusqu’au chemin pour rentrer jusqu’à chez eux !

20150305_174854_resized

C’était ma participation au projet 52 de Ma’, toutes les autres contributions sur le thème « classique » sont regroupées ici.

Advertisements

15 réflexions sur “Classique

  1. Marie Kléber dit :

    J’ai encore fait un beau voyage avec toi aujourd’hui, direction le Sénégal, ses habitants, ses couleurs, ses rires autour d’un tronc d’arbre. C’est toujours si plaisant à lire, si vivant, si vrai. Merci ma belle de nous offrir ces belles escapades! Bises à vous deux.

    • petiteyaye dit :

      Oui tout est question de point de vue… Ecouter de la musique classique au fin fond de la Papouasie doit être aussi original que de consulter ton livre de cuisine « classique » sous un igloo en Alaska ;-)

  2. Zhu dit :

    Ça me manque, ces rassemblements spontanés. Fait trop froid ici, et avouons-le, c’est pas trop la culture. Les gens sont plus individualistes.

Un petit mot, ça fait toujours plaisir ;-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s