chauds et douillets

Ils n’étaient pas rangés loin, non. Mon regard tombait souvent sur eux entre la penderie et la salle de bain. Au fil des mois une paire de tongs, un ou deux sachets plastiques étaient venus les recouvrir, sans jamais pourtant les masquer complètement.
Hors de question cependant de les utiliser, ni même de penser seulement à les utiliser. Il faudrait être fou avec cette chaleur… Je me demandais parfois s’ils avaient pu servir un jour, mais me rappelais pourtant les avoir bien utilisés l’an passé.
Puis on a ressorti les pantalons, on a commencé à fermer les fenêtres pour la nuit d’abord, pour le soir, et mine de rien pour toute la journée. On ne les ouvrait maintenant plus que pour une courte aération quotidienne entre l’heure du lever et celle de partir au travail.
Les prises qui reliaient les clim au système électrique ont été débranchées. Les télécommandes avaient été rangées depuis plusieurs jours déjà, mais cette fois-ci c’est sûr, on n’en reparlera plus jusqu’en juin prochain.
L’Harmattan s’est levé, entrainant son lot de bronchites, d’irritation des yeux, de nez qui coulent, balayant l’humidité qui nous collait à la peau aussi. Les 32 degrés, 38 en ressenti, ont fait place à 23, 19 en ressenti. Bientôt il fera vraiment 19 et on aura l’impression d’être à 8 degrés !
Les vendeurs de rue ont sorti sur-couches et sous-couches : pulls sous les boubous pour les grilleuses d’arachide, doudounes et bonnets dignes d’une sortie à l’Alpe-d’Huez pour les vendeurs de fruits !
Il restait les doigts de pieds… In extremis j’ai eu l’idée de commander des chaussettes pour Michoco, elles arriveront dans la semaine avec le prochain Paris-Dakar.
Michoco ne les avait pas oublié lui non plus, mais les boude encore un peu pour ses très voyantes bottes de pluie. A l’intérieur, c’est un style !
Durant tous ces jours, ils m’ont nargué, fait de l’œil, presque supplié. Comme Noël leur heure n’était pas encore venue…
Ce matin, sans tout à fait oser y croire, je suis allée les chercher. J’en avais envie.
Je me suis mise à rêver que bientôt je les glisserai sous le sapin. Ils ont réchauffé le bout de mes pieds, un peu de mon cœur aussi.
Ce matin j’ai ressorti mes chaussons.

Publicités

18 réflexions sur “chauds et douillets

    • petiteyaye dit :

      je te réponds que les tiennes me font rêver, mais la vie est ainsi faite qu’on est et restera d’éternels insatisfait(e)s… Actuellement à Dakar c’est juste parfait, ni froid, ni chaud, et ça va durer ainsi jusqu’en juin, tu imagines ???!!

  1. Danielle dit :

    Mon commentaire s’est évanoui , peut étre a-t-il eu peur du froid…..bon ca ne fait rien , ce petit suspense m’a tenue en haleine , il fait comme la neige ici qui n’en finit pas de s’annoncer ,mais rien ne tombe sauf le froid aux pieds , vive les chaussons bien douillets

  2. Zhu dit :

    Je comprends complètement 1) le sentiment que nan-mais-faut-être-fous-pour-porter-des-pantalons quand il fait méga chaud 2) les écarts de température, genre pour nous 5C au printemps et tu sors en jupe, car c’est plus -40, et 15C c’est froid quand tu es habituée à 40C.

    Bon, ici c’est manteau/écharpe/gants… et il ne fait même pas encore si froid…

Un petit mot, ça fait toujours plaisir ;-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s