just singing in the rain

J’ouvre les yeux. J’ai l’impression qu’il est 6 heures, pas un bruit dehors, il fait encore un peu sombre.

20140823_082027Il fait presque frais aussi, je ne suis pas ensuquée. J’attrape mon portable pour trouver l’heure : 8h09 et le ruissellement des gouttes de pluie comme fond sonore.

Que c’est doux la pluie quand on est à l’intérieur…

Plus qu’un ruissellement, il pleut des cordes, comme vache qui pisse même, et avec des chats et des chiens qui tombent du ciel aussi.

20140823_080924C’est ce qu’on appelle l’hivernage, notre saison des pluies qui dure de juillet à fin octobre.

Hormis une chaleur humide et étouffante, Dakar n’est pas trop touchée par l’hivernage, quelques fortes pluies de temps à autres, un temps orageux, mais rien à voir avec l’hivernage dans mon village aux frontières de la Guinée, où il peut pleuvoir 4 jours non-stop, où les rizières se forment ça et là, où maïs et mil viennent chatouiller le ciel et le sol reste détrempé des semaines durant.

Michoco ne s’est pas réveillé. Quand il pleut, il dort !

Dans le salon, le vent a entrouvert la porte fenêtre et j’ai droit à un petit brumisateur de pluie sur le visage.

Il fait frais, un bon vent caresse la peau, l’air se renouvelle.

20140823_081157Respirer à plein poumon, profiter de cet instant suspendu, et du calme aussi : fini les moutons, l’atelier du menuisier, la machine à coudre du tailleur, les cris de la bonne des voisins et ceux du vendeur de rue, fini les klaxons intempestifs.

Je suis seule. La rue, le quartier, la vie m’appartient.

Les seuls courageux dehors sont les petits talibés. Réveillés à l’aube, envoyés mendier par l’adulte qui devrait leur servir de maître coranique, ils n’ont pas de maison eux pour se dire que c’est doux la pluie quand on est à l’intérieur.

Ils improvisent une douche sous les gouttières des maisons. Une aubaine ! La fraîcheur de l’eau fait sortir des cris, des chants, des rires. L’eau, ça fait toujours monter le volume sonore des enfants. Posés les bols avec lesquels ils mendient, abandonnées les breloques qui leur servent de vêtements et de chaussures. Ils sont en slip, ils courent, jouent, se taquinent, profitent, redeviennent, le temps d’une averse, des enfants gais et surtout innocents.

Pour un peu je serai allée les rejoindre, mais j’avais trop peur d’interrompre leur plaisir…

20140823_080954  20140823_081026  20140823_081008

Publicités

12 réflexions sur “just singing in the rain

  1. Gaou dit :

    Merci pour ce billet qui m’a ramené tout droit à Dakar. Ah les talibés vaste sujet. je ne sais vraiment pas ce qu’on pourrait faire pour eradiquer ce fléau et redonner à ces enfants la vie remplie d’innocence et de jeux qu’ils méritent…

    • petiteyaye dit :

      Tant mieux ! C’est vrai que cet été pluvieux en France c’était tellement désespérant… et bizarrement ici la pluie est magique, un peu comme un orage d’été après 10 jours de moiteur intense !

Un petit mot, ça fait toujours plaisir ;-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s