7ème ciel

avionPrendre l’avion, c’est une aventure en soi, une promesse vers une destination suffisamment lointaine…

 

Prendre l’avion avec bébé, c’est une autre aventure !

Pour nous c’était la septième fois, et oui… déjà ! D’où notre clin d’œil dans le titre : 7ème ciel :) Nous rentrons en France pour un mois et dix jours de vacances !

Michoco imite maintenant l’avion, ailes dépliées, bruitage à l’appui. Je me demandais donc bien ce qu’il allait comprendre, comment il allait se comporter cette fois-ci…

Qui dit avion dit valises. Il les a bien calculées, fais rouler, il est monté dedans. Je l’ai même fermé dans une valise et fait croire à la nounou qu’il allait voyager comme ça : plus c’est gros, plus les gens courent, elle m’a cru !!

C’est pour qui les valises ? Papa ! Non celle-ci elles sont pour nous… et on part où ? Memie ! » (oui à la place de mamie, il dit memie – et peupi, trop chou, non ?!)

Nous avons la chance d’avoir un « drop-off » qui nous donne la possibilité de venir à 18h déposer les bagages. Une aubaine car l’avion décolle à 22h40. Se pointer 3 heures à l’avance pour poireauter dans une file d’attente gigantesque et regarder un par un les gens ouvrir, défaire leurs valises, transvaser 2 kilos à droite, 500 grammes dans le bagage à main, c’est interminable… Et oui, cette cérémonie des bagages, il faut le vivre pour y croire, un kilo de bagage en Afrique ça vaut de l’or ! Dans le sens Dakar – Paris : tissus, coutures, vivres africains, cadeaux traditionnels à la famille, mais aussi à la famille de la famille, aux amis de la famille de la famille, aux voisins des amis de la famille de la famille. Une fois j’ai emmené 23 kilos de mangues, mais chuuuut… ne dites rien aux douaniers ! Cette fois-ci un Sénégalais s’est fait contrôler inopinément à la sortie de l’aéroport : mangues, poissons congelés, couscous traditionnel, sauces mafé, bananes plantains, il avait de quoi tenir un mois à lui tout seul, ou bien un week-end en famille (plus plausible).

En 5 minutes à 18 heures c’est réglé, il n’y a personne, ou presque et les rares personnes à s’organiser ainsi sont des toubabs (blancs) !

Je rentre tout pile à l’heure pour m’occuper de michoco, le faire manger, le laver, le coucher à 19h30, comme si de rien n’était car de toute façon une grande nuit nous attend, autant qu’il prenne de l’avance, je ne pourrais jamais le tenir éveiller jusqu’à 22h donc autant qu’il dorme…

Il ne me reste plus que ma valise à main. Elle est bien remplie… Ne pas recevoir ses bagages à l’atterrissage, mais 7 jours après, ça traumatise ! Depuis cet épisode, je voyage toujours avec sur moi au moins une tenue de rechange, des sous-vêtements et mon kit de survie sans bagages. Avec Michoco ça donne en plus : 15 couches, 4 tenues de rechanges, du chaud, du léger car on ne s’est jamais si le choc thermique va être violent ou pas, quelques jouets, du lait et à manger pour 2 jours !

A la sortie de l’avion, ça me fait toujours marrer car on vole de nuit et je n’ai utilisé ABSOLUMENT rien de tout ça… Je vois les autres mamans descendre avec un tout petit sac qui ne fait même pas la taille d’un sac à langer, mais que voulez vous, on ne se refait pas. Quand on est organisée…

Dans le sens Dakar-Paris, vous pouvez vous gratter pour passer devant tout le monde à l’embarquement grâce à votre bébé… Personne n’en n’a rien à faire, et vous serrez les dents car 3 personnes devant vous une maman africaine avec le petit dernier est accroché dans son dos, un gamin pas bien plus vieux lui donne la main, un autre bambin tire de toutes ses forces le baluchon sans roulette qui sert de déversoir à tout kilo supplémentaire plus autorisé en soute bagage à main.

Du coup on a trouvé une autre astuce : grâce au passeport diplomatique de michoco portant le mention « fils de grand choco », notre graal ! Nous passons par le « salon d’honneur ». L’accès VIP où on a toujours l’impression de faire tâche au milieu des costumes cravates et de l’ambiance feutrée qui y règne… Mais on s’en fout ! Salle d’attente climatisée avec télé et canapés, pas de queue, contrôle d’identité allégé, contrôle bagage « pour la forme » on ne m’a même pas demandé d’enlever mon ordinateur, de « scanner » les petits pots (oui à paris, ils scannent les petits pots si vous l’ignoriez !), ni d’enlever Michoco du porte bébé pour le faire passer tout seul le portique de sécurité et ce même s’il dort profondément (lors de notre dernier retour de France, ça lui a valu une morsure jusqu’au sang par un autre petit garçon, les parents se sont excusés pendant les 5 heures du vol et Michoco a eu la marque de ses dents pendant 3 jours…) et on vous escorte dans un bus spécial VIP. Moins pittoresque certes, mais pratique !

C’est toujours drôle de voir la tête des voisins de siège quand ils me voient débarquer avec un bébé. Ceux qui sont amusés, ceux qui se décomposent, pensant déjà aux 5 longues heures qu’ils vont avoir à subir… Notre voisin de cette fois-ci était très sympa, impassible, même quand Michoco lui écrabouillait les cuisses pour escalader sur le siège suivant ou lui piquait les meilleures denrées de son plateau repas, même quand il a pleuré au moment de dormir ou quand il faisait tournoyé sa tétine violemment…

22h25 embarquement, Michoco est au summum de l’excitation. Bien réveillé depuis le taxi qui nous a déposé à l’aéroport, il a jeté son dévolu sur une petite fille à peine plus vieille que lui située à la fenêtre opposée. Il va lui rendre visite, se laisse embrasser, offrir un gâteau et revient s’assoir, jusqu’à ce que son gâteau soit fini, il y retourne !

De toute façon, les lumières sont toutes allumées, je ne vois pas trop comment Michoco va se rendormir… 22h40 décollage, Michoco regarde attentivement les lumières de Dakar s’éloigner de nous. Il sent qu’on décolle, comprend-il qu’on est dans les airs ? Il fait le bruit de l’avion et rigole ! Non loin de nous un bébé de 3-4 mois qui ne calcule rien et s’endort déjà au sein de sa maman, on dirait michoco lors de ses premiers vols. Mais voilà, il n’est plus ce petit bébé et ne semble pas du tout sur la voie de l’endormissement !

Il est toujours attaché avec sa ceinture orange spécial bébé. La petite fille pleure, elle ne tient pas en place. Moi j’ai gagné en expérience : les hôtesses ne peuvent rien me dire : Michoco est attaché, mais j’ai « lâché du leste », il est debout sur moi et en plein jeu de « coucou c’est moi » avec la voisine de derrière, ça l’occupe les 10 bonnes minutes nécessaires pour patienter jusqu’au vrai décollage pendant que la petite fille s’égosille. Notre voisin doit finalement être content d’être « tombé » sur nous !

Ding ! Libération, on peut détacher la ceinture. L’avion est encore penché par sa prise d’altitude, il attaque l’allée dans le sens de la montée, puis fait demi-tour, descend à toute vitesse, j’ai beau courir derrière lui, s’il tombe, il va s’étaler de tout son long… Les salutations commencent : coucou à gauche, coucou à droite ! Pour ceux qui ne nous avaient pas encore remarqué, ça y est, on se tape l’affiche. Il escalade sur les genoux de ceux qui ont allumé leur télé l’intéressent. Je souris poliment pour faire bonne figure !

Les hôtesses sont adorables, pas d’hôtesses acariâtres qui s’excitent car vous prenez 10 secondes pour attacher la ceinture de votre bébé. J’en viens à me demander si c’est pas moi qui était acariâtre qu’on me stresse quand michoco était plus petit !!

Viens l’heure des plateaux repas, Michoco commence par mon dessert, puis celui du voisin, il grimace à la salade de pâte (et encore c’est Air France, il n’a pas connu le repas des autres compagnies !), recrache un morceau de camembert après l’avoir sucé longuement, se met à vouloir couper le pain, avale deux bouts de melons, une cuillère d’épinards, 2 tranches de pommes de terre, en fourre autoritairement dans la bouche offre 3 autres tranchettes à notre voisin de siège avant de boire dans son verre d’eau, mettre les doigts dans son plat principal et lui faire tomber son pain. Décidemment impassible le gars, quel flegme !

Michoco teste le casque et la vidéo pour tout-petit. C’est vraiment la fête ce soir !!! A l’extinction des lampes, j’éteins tout, et il s’endort assez rapidement. Ouf, il faut dire qu’il est 1h du mat’.

J’attends que le Stewart arrête de passer et repasser devant nous. Il m’avait bien interdit de coucher michoco au sol car en cas de dépressurisation de l’avion, les masques vont tomber mais je n’aurai pas le temps de le rattraper. Ndlr : Parce que qu’en cas de dépressurisation en plein océan on a une chance de survivre peut-être ??? Bref, je lui ai fait un petit nid : couverture, oreiller et le couche au sol, il dort comme un ange ! et moi j’ai les bras libres, libres, LIBRES ! Je m’octroies même le luxe d’aller faire pipi !

Comme un ange… pour 2h30, car décalage horaire inclus, c’est déjà l’heure d’atterrir… Ma mini-tenture que j’ai fixé au dessus de sa tête le protège encore de l’allumage des lumières, mais déjà il faut rattacher les ceintures.

Il est 5h58 heure locale, nous allons bientôt atterrir, la température extérieure est de 13 degrés, nous espérons que vous avez passé un bon voyage.

Il fait frais. J’ai des chaussures (et une paire de chaussettes !) pour Michoco. Je précise pour les chaussettes car on n’en porte JAMAIS ! J’ai emmené une paire de chaussette pour moi également, heureusement… car ce sera tongs-chaussettes : très classe !

La nuit a été bien courte… Mais vous vous en doutez, ce n’est pas michoco qui a eu le plus de mal à s’en remettre…

Publicités

9 réflexions sur “7ème ciel

  1. pomdepin dit :

    Quelle aventure! Et quelle organisation! Tu n’as pas droit au passeport diplomatique toi? Ici, il n’y a que Marichéri qui l’a. Et en cas de problème, L’ONU l’évacue, mais les enfants et moi, on peut crever sur place… En même temps en Angleterre c’est calme.
    Bonnes vacances!

  2. Gaou dit :

    Sacré aventure. Je suis comme toi je vais au drop off… et au salon VIP aussi. :) Je voyage très léger et je déteste ramener de la nourriture dans mes bagages (contrairement aux autres membres de ma famille qui déménagent la maison a chaque voyage) et je n’atteins quasi jamais mon quota de kilos. Je ne te dis pas les discussions à l’aéroport quand je refuses de prendre les bagages d’inconnus.
    Sinon un mois en France la chance! Vous allez manger des rillettes je suis jalouse :)

  3. jailly dit :

    si tu passes dans le sud de la France Liam Mr Tiny et moi seront heureux de vous accueillir mais je sais qu’un mois et demi passe comme quelques heures quand on voyage. En tout cas bon voyage .

Un petit mot, ça fait toujours plaisir ;-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s