notre carrosse

charetteEn sortant pour notre petite promenade de fin d’après-midi, nous tombons nez à nez avec un cheval.

Nous ne nous en étonnons pas plus que ça, nous voyons des chevaux tous les jours, plusieurs par jour et plusieurs fois par jour !

Dans Dakar, et dans notre quartier notamment c’est un moyen de locomotion courant pour transporter des bagages, canapés, des réserves d’eau, des sacs de riz, des sacs de ciment, cartons de boissons, de savons, gravas de chantier, ramassage d’ordures, déménagement de maison, bref tout ce qui peut être transporté !

Michoco lui caresse le museau, ça le fait beaucoup rire, un rire mi-content, mi-nerveux.

Il faut dire qu’il est tout petit mon michoco face à ce grand cheval !

Michoco adore les chevaux, il doit les imiter environ 300 fois par jour en faisant le bruit de leurs sabots sur le sol, le signe du langage des signes tout en montant et descendant les genoux en rigolant ou en sautant sur moi tel un jockey en plein tiercé (quand je dis en sautant, je devrais plutôt dire en se ruant, se cabrant, m’écrabouillant au passage le ventre, m’estropiant un œil et m’amputant la poitrine… Il y met du cœur à l’ouvrage michoco…)

Le « parking des chevaux livreurs » de notre quartier se trouvait à moins de 200 mètres de chez nous. Tous les soirs, nous passions saluer la dizaine de chevaux et leur charrette garée. On pouvait les regarder manger, se coucher, se faire laver ou frotter au foin par leur propriétaire. Mais leur parking a déménagé il y a de cela 2-3 mois. Malgré un quadrillage minutieux du quartier, nous n’avons pu trouver leur nouveau site… Après enquête approfondie, je crois qu’ils se sont simplement dispersés.

Plus d’étape « chevaux » dans notre promenade du soir… si ce n’est de loin, ceux qui circulent dans la rue. Michoco s’acharne désespérément au coin de rue de notre ancien « parking » à chevaux à imiter leur bruit et je lui répète désespérément : « Oui je sais chéri, les chevaux étaient là, mais il n’y a plus de chevaux ici maintenant… », mais je sais qu’au fond de lui il garde espoir… Moi aussi !

Ca fait longtemps que j’ai envie mais n’ose pas déranger de pauvres inconnus entrain de faire leur travail : faire un tour de charrette !

Celui là on dirait qu’il est venu nous chercher, il se trouve juste devant notre porte !

Telle Kate Middleton et son royal baby, voilà nos fesses royales royalement assises sur …un sac de ciment.

Michoco, tout à fait dans son élément lève la sangle que lui a confiée le chauffeur en faisant claquer sa langue. Il a tout compris, notre carrosse démarre !

Commence alors notre défilé mondain dans la plus grande artère du quartier. Bon… pas dur, notre quartier est composé de deux rues bitumées, mais quand même !

Comme si il avait côtoyé George et son arrière grand-mère Elizabeth toute sa vie, il soulève alors la main et commence à saluer la foule qui ne manque pas de se retourner sur notre passage ! Il faut dire que tout le monde nous connait puisque tous les soir nous empruntons le même trajet. Le « boutiquier », le tailleur, la marchande de légumes, la grilleuse d’arachides, les jeunes qui reviennent du foot, les enfants, le vendeur de journaux, le coiffeur attitré de michoco, tous nos amis du soir sont au rendez-vous !

Le conducteur de notre attelage n’est pas peu fier non plus. Je lui confirme qu’il a de quoi : il est entrain de transporter le futur Président de la République du Sénégal et non moins ami du prince héritier au trône d’Angleterre. Il ne me dément pas. Peut-être qu’il me croit ???!!

Pour le chemin retour, la princesse que je suis se transforme en bourricot, la jupe dans un état lamentable couverte de ciment, poussière, salissure, le bébé présidentiable arrimé au dos. C’est un genre de Cendrillon à l’envers… Retour à la réalité. Le trajet retour est beaucoup plus long, tout le monde nous a effectivement bien remarqué… Il faut commenter, confirmer, sourire, hocher de la tête. « Oui, c’était nous sur la charette. » En même temps une toubab craspouille et ébouriffée et son bébé caramel (et non moins craspouille et ébouriffé), y’en n’a pas 36 dans notre quartier… Michoco impassible continue à secouer délicatement la main en guise de salut solennel à ses admirateurs…

Vous vous rendez compte : quand michoco sera plus grand on pourrait avoir notre propre cheval et circuler avec tous les jours dans le quartier ! (Faut que je pense à demander à Kate quelle marque de tafta elle a utilisé pour son carrosse nuptial…)

Advertisements

4 réflexions sur “notre carrosse

Un petit mot, ça fait toujours plaisir ;-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s